Manœuvres pour l’occupation du poste de Pdg de Pmu-Mali laissé vacant par Idrissa Haïdara : IBK incite à la violation des principes de l’administration

En un moment donné, la presse a beaucoup spéculé sur une probable nomination du beau-frère national, Abba Maïga, au poste de Pdg du Pmu-Mali, en remplacement du désormais ex-patron de la société publique de jeux, Idrissa Haïdara.

 

pari mutuel pmu mali

 

 
Le poste étant désormais vacant, Mme Boiré Fily Sissoko a tenté d’y placer un de ses cadres qui lui a donné satisfaction, pour le récompenser. Il devait assurer l’intérim pendant un temps. Sa communication verbale faite au Conseil des ministres du 23 mai 2014 n’ayant fait l’objet d’aucune contradiction, elle a donc engagé la procédure en initiant un décret de nomination de son protégé. Tout passe comme lettre à la poste, mais une fois le document arrivé chez IBK, il y a été bloqué.

Mali : Des organisations de la société civile « perplexes » par rapport aux pourparlers d’Alger

L’initiative du dialogue entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du Mali a suscité beaucoup d’espoir au sein des populations qui aspirent à une paix définitive. Cependant, les pourparlers, dans leurs mises en œuvre, souffrent aujourd’hui de certaines contestations.

 

societe civile manifestation negociation  pourparlers

 

 

 

C’est le cas du Collectif des Organisations de la Société Civile. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, ces représentants des populations de base affirment constater que « les maliens demeurent perplexes quant à une issue favorable de sortie de Crise. »

La raison principale de cette inquiétude tient dans la qualité des participants aux négociations d’Alger. En effet, plusieurs organisations de la société civile malienne s’estiment exclues du processus de paix enclenché au profit des groupes armés.

Un son de cloche qui résonne jusque chez les réfugiés maliens dans les pays voisins. L’OSCA, une organisation qui les représente dit s’inquiéter de « la démarche partielle dans le choix des interlocuteurs invités à Alger dans le cadre de la reprise des pourparlers dit « inclusifs » sur l’avenir du Nord-Mali. »

Sans l’inclusion des communautés, l’OSCA prévient sur le risque de voir l’éclosion future de nouvelles rébellions :

« La floraison des groupes armés est un indicateur du sentiment de non représentation des différentes tendances, couches sociales, tribales et groupes communautaires du Nord-Mali. L’exclusion de certains est une source de frustration inquiétante pour l’avenir du Mali. »

Les inquiétudes de la société civile : Un accord mais sans la paix

La situation sécuritaire « ne favorise pas, selon le Collectif des Organisations de la Société Civile,  le climat de réconciliation tant attendue ». L’absence de l’administration dans certaines localités contrôlées les groupes de rebelles, le faible accès des populations aux services sociaux de base, les violations des Droits des populations…maintiennent « les populations dans une position de désœuvrement et d’incertitude ».

Des populations qui « nourrissent cependant l’Espoir, selon l’organisation, de voir le processus d’Alger déboucher sur une Paix Définitive dans l’intérêt des maliens et de tous les maliens. »

Enfin, pour contribuer à cette paix, le Collectif des Organisations de la Société Civile lance un appel à l’adresse des autorités maliennes et de la communauté internationale pour « être entendu ».

Un verger payé à un milliard et demi de nos francs : c’est encore une des frasques du fiston national

Décidément, le fiston national ne perd pas de temps pour étaler sa richesse subite enréalisant des opérations aux allures de blanchiment d’argent.C’est dans cet élan qu’il a racheté la ferme qui appartenait à l’ancien footballeur international Jean Amadou Tigana. Ce verger d’une superficie de 17 hectares, précédemment acquis à 200 millions FCFA par Tigana, est situé dans le Mandé. De 200 millions à 1,5 milliard, il y a évidemment à boire et à manger.

maison habitation logement endroit lieux propriete karim keita

 

 

C’est dire que les vendeurs ont réalisé une superbe affaire, profitant de la main trop leste du fiston national qui fait actuellement feu de tout bois, notamment en matière de dépenses ostentatoires. Le fiston national aurait-il un goût déjà trop prononcé pour la terre ? Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es ! Avec Jo Walaki comme compagnon – celui-là même qui ne cesse de se bagarrer pour des terres et lorgnait du côté de la zone aéroportuaire-sous le prétexte de programmes immobiliers – il faut s’attendre à d’autres coups du genre de la part du fiston national. Mais une autre question se pose : depuis quand le fiston national a-t-il amassé pareille fortune pour se permettre ce train de vie plus qu’ostentatoire ? C’est difficile de faire comprendre aux Maliens qu’il faille serrer la ceinture parce que le pays va mal, si le père englouti 20 milliards de nos pauvres francs dans une opération encore nébuleuse d’achat ‘avion, pendant que le fiston paye un verger à 1 milliard et demi. Chut ! Ne le dites surtout pas aux syndicalistes de l’Untm déjà très amers. De toute façon, le temps est le meilleur juge et puisqu’un Karim en cache un autre – tous deux fils de chef d’Etat- l’un peut se permettre encore de virevolter autant qu’il le peut, pendant que l’autre est en train de rendre des comptes.
N’a-t-on pas dit que le temps est le meilleur juge ?

Qui est cet ancien ministre de la Transition et proche de Amadou Haya Sanogo qui vient de payer des meubles haut de gamme à 45 millions FCFA ?

Cet ex-ministre au physique de lutte et un ventre bedonnant depuis qu’il s’engraisse avec l’argent public du Mali, vient de payer des meubles pour son domicile. Rien de grave, diriez-vous ! Mais http://mali-web.org/wp-admin/post-new.phpseulement, les meubles ont coûté 43 millions de nos francs.

 

 

gouvernement diango cissoko conseil des ministres

 

 

 

Imaginez un peu ce que cela doit être : un lit dont la forme se module au gré du propriétaire, une chambre à coucher au complet avec jacuzzi, cette sorte de piscine intérieure modulable. Quelques indices pour vous permettre de reconnaître cet ex-ministre qui vit actuellement comme un pacha avec l’argent volé suite au coup d’état du 22 mars 2012. Pendant que chaque jour, la population cherche le diable pour lui tirer la queue. Cet ancien ministre était tellement proche du capitaine-général Sanogo, qu’on le présente comme un des grands bénéficiaires des rapines effectuées lors du coup d’état le plus débile de l’histoire de l’humanité. Rappelons aussi qu’il a été imposé par son mentor Sanogo à Cheick Modibo Diarra qu’il avait nommé à un des postes les plus juteux dans son gouvernement. Poste qu’il ne quittera qu’après les élections. Il a accompagné IBK en achetant pratiquement le même poste au gouvernement, en mobilisant 100 millions de FCFA, comme participation à la campagne électorale. Alors, vous y êtes ? Si vous n’y êtes pas encore, deux autres indices déterminants pour vous aider : d’abord, cet ancien ministre est très connu des ambassades africaines basées au Mali parce qu’il leur a
opposé beaucoup de résistance avant d’accepter la libération de leurs ressortissants ramassés à Bamako, pour les faire passer comme des mercenaires de la Cédéao lors du contre coup d’Etat. Ensuite, lors de son passage dans le gouvernement, ce haut voleur de la République en a profité pour faire construire une route d’une longueur de près de 800 mètres – aux frais du contribuable- juste pour pouvoir accéder sans peine à la famille de sa deuxième épouse. Un transport gratuit en taxi toute une journée à celui qui trouvera de qui il s’agit.

Mali: les Casques bleus tués sont tchadiens

Les quatre soldats de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) tués mardi par « un engin explosif » dans le nord-est du pays sont de nationalité tchadienne, a précisé l’ONU.

 

idriss deby itno tchad fatim hissen habre

 

 

Le porte-parole des Nations unies Stéphane Dujarric a aussi indiqué que « quinze autres (Casques bleus) avaient été blessés » dans cette attaque près de Kidal, « dont six grièvement ».

L’Etat-major de l’armée malienne basé à Gao, principale ville du nord du Mali, avait auparavant déclaré qu’un engin explosif avait « percuté un véhicule de l’ONU dans le Nord-Est », faisant état de quatre morts et deux blessés seulement et sans donner la nationalité des victimes.

Selon deux habitants de Kidal, chef lieu de la région où l’incident a eu lieu, un avion de la mission de l’ONU effectuait mardi beaucoup de survols de la zone, après la mort des soldats de l’ONU.

Trois groupes jihadistes, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Ansar Dine et le Mujao, ont contrôlé pendant près de dix mois le nord du Mali, d’où ils ont été en grande partie chassés par une intervention internationale menée par la France en janvier 2013.

Des attaques continuent néanmoins à se produire dans cette région du pays.

GESTION DES ORDURES DANS LE DISTRICT DE BAMAKO Les populations défient les autorités

Pour protester contre le non-ramassage des ordures, des Bamakois ont décidé, depuis maintenant quelques jours, d’obstruer les voies publiques avec les mêmes ordures ménagères. La circulation a été sérieusement perturbée en maints endroits et pendant plusieurs jours.

 

salubrite ordure balayage proprete assainissement ramassage dechet voie publique rue population jeune enfants revolte

 

 
C’est à même sur les chaussées que les populations ont en effet décidé de verser les ordures ménagères. Elles reprochent aux autorités une fuite de responsabilité se traduisant par le non ramassage des ordures.
Dans un communiqué radiodiffusé, les autorités ont promis le ramassage systématique des ordures jusque devant les concessions. Ceci, en prévision de la fermeture du dépôt de transit de Médina-Coura, un dépotoir à l’origine de plusieurs conflits dans le quartier. En tout état de cause, la promesse n’a pas été suivie d’effet. En clair, le dépôt de transit restait fermé et les ordures n’étaient pas ramassées comme promis par les autorités. Durant plusieurs jours, les immondices s’amoncelaient dans les rues et devant les concessions.
Et lorsqu’enfin les bennes tasseuses arrivèrent pour leur évacuation, les agents de la voirie se limitèrent aux ordures déposées seulement aux abords immédiats des voies principales, ignorant celles de l’intérieur. Les premières révoltes vinrent de là. Les populations de cette partie des quartiers de la commune II en l’occurrence, ont donc décidé d’obstruer les voies publiques. Et le phénomène s’est vite répandu dans le reste de la capitale.

Nord du Mali : 4 morts et 15 blessés sur l’axe Aguelhok-Kidal

ujourd’hui vers midi, un convoi des Casques bleus de la Minusma du contingent Tchadien a sauté sur un engin explosif sur l’axe Aguelhok-Kidal. Un bilan provisoire fait état de 4 morts et 15 blessés, dont 6 très sérieusement touchés.

 

obus explosif bombe munition mine voiture piege calcinee feu nord mali kidal gao tombouctou

 

 

Le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la Minusma M. Albert Koenders, actuellement en déplacement à Alger à l’occasion des pourparlers de paix inter-maliens se dit outragé par cette série d’attaques qui affecte la Mission de l’ONU au Mali depuis plusieurs jours.

 

« Cet incident est le dernier d’une série d’attaques contre la Minusma en quelques jours. Je suis outragé par un tel déferlement de violence contre les soldats de la paix. Le Secrétaire général ainsi que Conseil de sécurité ont déjà été saisis », a déclaré M. Koenders avant d’ajouter : « Un processus de paix est en cours, certains veulent le compromettre, c’est totalement inadmissible et irresponsable.

Nous remplirons le mandat qui nous a été confié, mais pour l’heure, j’ai une pensée pour les victimes d’aujourd’hui et leurs familles. Mes vœux vont également aux blessés à qui je souhaite un prompt rétablissement.»

 

Autre presse

Pour avoir transporté par arrangement un jeune piéton sur sa Djakarta : le vieux commerçant se fait voler dans la poche plus de 100.000 F CFA et un téléphone portable

Le jeudi 14 août dernier Youssouf Coulibaly, âgé de 65 ans, commerçant au marché de Médina Coura, domicilié à Magnambougou a été victime du vol de ses 100.000 F CFA et de son téléphone portable. A ses dires, il a quitté son domicile vers 8h30mn pour le nouveau marché. En cours de route, il est signalé par un adolescent non loin de l’auto-gare de Sogoniko, où il s’était rendu pour une commission.

 

faits divers incroyable vrais realite possible

 

 

L’adolescent qui faisait l’auto stop en bordure de la route lui a demandé de le déposer à un lieu indiqué. Youssouf Coulibaly sans état d’âme, le transporte par arrangement sur sa moto Djakarta. En cours de chemin, le petit garçon réussit sa sale besogne, c’est- a- dire dépouiller le vieux de son téléphone portable de type Galaxy S3 et de son portefeuille contenant plus de100.000 F CFA.

Arrivé aux feux tricolores de Badalabougou, le jeune voleur a demandé à descendre car, il est arrivé sur son lieu de travail. Il prit congé de Youssouf qui ne se rendra compte plus tard du forfait qu’au niveau de l’Ambassade de France après avoir passé le pont en sens unique à cette heure de la matinée.

Quand il a voulu téléphoner, il a trouvé que son téléphone et son portefeuille ne sont plus dans ses poches. Il ne pouvait plus retrouver son voleur, car il n’a pas prêté attention au visage du petit qui est âgé à peu près de 15 ans, portant  des habits sales comme un apprenti mécanicien. Attention donc au transport bénévole le long des artères.

IBK veut libérer Amadou Haya et consorts ! Amnesty International décide de marcher ce lundi à Bamako

La libération de l’ancien juge islamique de Tombouctou, coupable d’amputations et autres crimes, n’est que le prélude à l’élargissement des membres de la junte dont le capitaine Amadou Haya Sanogo. Le scénario a été savamment conçu et planifié. Sa mise en œuvre vient de commencer. La résistance aussi.

 

 

capitaine amadou haya sanogo

 

 

 
C’est le 15 août dernier que l’ancien juge islamique de Tombouctou, le sieur Ag Alfousseyni Houka Houka, celui-là même qui ordonnait les amputations, a été libéré sur instruction du président IBK. Officiellement, c’est dans le cadre de la réconciliation et l’application des «mesures de confiance» entre l’État malien et les groupes armés, conformément à l’Accord de Ouagadougou. Le hic, c’est que la justice n’a été nullement consultée. Il s’agit d’une décision unilatérale du Président IBK.
Au-delà de l’insulte faite aux victimes, cette libération est le signe avant-coureur de la prochaine relaxe des putschistes actuellement embastillés dans des prisons aux quatre coins du Mali.
En clair, le prétexte serait vite trouvé pour justifier la décision : la réconciliation nationale. La machine est désormais bien en marche et des indiscrétions font même état de discrètes rencontres entre des émissaires d’IBK avec le prisonnier de Sélingué. Des envoyés de Sébénikoro ont en effet rencontré Amadou Haya Sanogo, lequel commençait à s’agiter et lancer des piques contre le pouvoir incarné par IBK. A cela s’ajoutent les récentes sorties endiablées du député pro-putschiste, Oumar Mariko, rappelant les liens étroits entre la junte et l’actuel président de la République. En somme, les membres de l’ex-junte commencent à s’impatienter et attendent une réaction de leur « camarade de lutte ». Il nous revient que les émissaires ont rassuré les prisonniers à propos de leur prochaine relaxe.
Le message est visiblement parvenu aux oreilles des organisations de défense des droits de l’Homme dont Amnesty International. Cette dernière a donc décidé d’organiser une marche pacifique ce mardi à Bamako, pour protester contre ces libérations en catimini, au mépris de la justice et des victimes. Bien entendu, nous suivrons pour vous.
Batomah Sissoko

Sphinx

Sur la route de Koflatiè (Kangaba) : des bandits armés braquent un convoi d’orpailleurs emportant plus de 3.500.000 FCFA

Dans la nuit de samedi 9 au dimanche 10 août dernier, les passagers de deux Sotrama, en majorité de nouveaux orpailleurs qui regagnaient le placère de Dèguèdamou ont été braqués et dépossédés de leur argent et d’autres objets de valeur.

combat arme fusil guerre

 

 

 

Selon notre source, deux véhicules de transport en commun, des Sotrama étaient remplis de nouveaux orpailleurs qui partaient chercher l’or sur le site d’orpaillage de Dèguèdamou.

Il était environ 5 heures du matin passées, quand les deux véhicules qui se suivaient circulaient entre le site de Dèguèdamou et le village de Koflatiè dans la Commune rurale de Kaniogo, cercle de Kangaba. Les conducteurs trouveront une route barricadée par des troncs d’arbres.

Ils n’auront pas le temps de contourner le traquenard quand sept bandits armés de pistolets artisanaux, cagoulés et parlant couramment Bambara, surgissent des buissons.

Ils tiennent les occupants en respect avant de procéder à une fouille systématique des véhicules et des passagers à bord. Ces derniers furent dépossédés de tous les biens qu’ils portaient, notamment une somme estimée à lus de 3,5 millions de F CFA, cinq téléphones portables, des bagues en or ou en argent et de nombreux autres objets de valeur. Après leur forfait, ils ont disparu dans la nature.

La Brigade territoriale de gendarmerie de Kangaba alertée a dépêché une équipe sur les lieux de l’attaque pour faire le constat. L’enquête est ouverte pour trouver les auteurs. Le Commandant de brigade compte sur votre collaboration pour démasquer les braqueurs.

 

Autre presse