Les faits sont têtus. Le 30 avril 2012, au moment où tout Bamako vivait une peur bleue, où l’homme fort du pays, le Capitaine Sanogo, attend l’acte d’allégeance des différents corps des forces armées et de sécurité, des éléments du Régiment des Commandos Parachutistes (RCP)  attaquent Kati, le fief des putschistes. L’objectif : neutraliser le Capitaine et sa bande pour que le pays retourne vite à la démocratie. Dix sept mois après, le même commandement militaire qui avait qualifié l’action des bérets rouges de tous les maux d’Israël, a curieusement conduit, le 30 septembre 2013, l’opération Saniya à Kati pour le même objectif.

generale Amadou haya Sanogo ex junte mali

L’action du Gal Dahirou le 30 septembre 2013 n’est que le remake de celle du 30 avril 2012 du Col Abdina Guindo.

 

Le 30 avril 2012, les premiers coups de feu ont commencé vers 18 heures 15. Les tirs n’ont pas cessé jusqu’au mardi 1er mai. Les tirs étaient accentués vers l’ORTM et la garnison militaire de Kati. A l’époque, l’information qui a circulé, c’était l’opposition des bérets rouges à la tentative d’arrestation du chef du camp para, le colonel Abdina Guindo par les éléments du Capitaine Sanogo.

 

De son côté, le Capitaine Sanogo, sur une radio de la place, dans la nuit du lundi 30 avril au mardi 1ermai 2012, avait rejeté ces accusations. La suite est connue de tous : des arrestations tous azimuts. Du début de ces événements jusqu’à un passé récent, les bérets verts et bérets rouges se regardaient en chiens de faïence, après la tentative en vain du Capitaine Sanogo de dissoudre le Régiment des Commandos Parachutistes.

 

A l’époque le Premier ministre dit de pleins pouvoirs, Cheick Modibo Diarra, avait parlé de mercenaires. Personne ne sait où nous en sommes avec ces mercenaires arrêtés et montrés à la télévision nationale. Il a dit ceci aussi : «Nous avons assisté à une tentative de déstabilisation du pays ces dernières 48 h, qui se sont soldées par une victoire…de notre armée et de nos forces de sécurité.»

17 mois après, ironie du sort, le même commandement militaire avec à sa tête le Gal Dahirou, le chef d’Etat major général des armées, a envoyé des hommes pour neutraliser ses protégés d’hier. Il s’agit du Capitaine Sanogo, désarmé, Youssouf Traoré et Amadou Konaré arrêtés. La question qui taraude les esprits est de savoir si les initiateurs de l’opération du 30 avril 2012 demandaient plus que ce que l’opération Saniya a fait le 3o septembre 2013 ?

 

En tous les cas, le nouveau président IBK a osé là où son prédécesseur Dioncounda a échoué.  Le nouveau chef suprême des armées sait bien qu’il vient de gagner une manche, le 30 septembre 2013 avec l’opération Saniya, il lui reste l’autre manche, le cas du Capitaine Sanogo même. Il faut rappeler que toute la hiérarchie militaire actuelle est redevable à Sanogo. Il est à la base de leur nomination et de leur promotion. Une nouvelle armée prônée par le président IBK doit aller avec des chefs nouveaux.

 

Ahmadou Maïga 

SOURCE: Le Guido