Créé le 20 mars 2013, le Parti pour le Retour aux Valeurs du Mali (PRVM- FASOKO) a  soufflé sa deuxième bougie. C’était dans la salle Djéli Baba Sissoko du Centre International de Conférence de Bamako, samedi dernier, en présence du Chef de file de l’opposition.

C’est en présence des leaders des partis amis et des militants venus de partout à travers le pays que la cérémonie a commencé. L’hymne national chanté en chorus a donné le ton de ce deuxième anniversaire.

Prenant la parole, le président du parti, Mamadou Oumar Sidibé a rendu hommage aux martyrs de la révolution du 26 mars 1991 et aux « soldats morts pour la patrie ». « Ce jour est, aussi pour moi, un jour de souvenir et une occasion de saluer la mémoire de nos pères, mères, frères et sœurs, tous nos devanciers qui sont morts pour la patrie », a indiqué le président de parti avant de faire observer une minute de silence en leur mémoire.

Comme tout parti se réclamant de l’opposition, le PRVM, rejette l’Accord d’Alger 2015.

Pour les leaders du parti, l’accord consacre de fait la partition du Mali. Et dire que l’accord n’est pas bon n’entame en rien leur patriotisme, a indiqué le parti, répondant à ceux qui tentent de fustiger tous ceux qui expriment une voix contraire à celle du gouvernement. « Être dans l’opposition ne veut pas dire que nous sommes contre le pouvoir, mais que nous sommes un rempart contre les dérives du pouvoir», a ajouté Mamadou Oumar Sidibé.

Prenant la parole, le Chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, a salué le choix du parti de faire partie de l’opposition. Il a aussi dressé un réquisitoire contre le gouvernement. Il dénonce le climat d’insécurité qui règne un peu partout dans le pays. Il réaffirme la position de l’opposition sur l’accord de paix et invite la majorité présidentielle à se reprendre.

« Nous avons dit que l’Accord de paix d’Alger n’est pas bon. Qu’est-ce qu’on entend ? Qu’aucun patriote sincère et convaincu ne peut dire que cet accord n’est pas bon, disent-ils. Je crois que la majorité doit se reprendre.

Ce n’est pas parce qu’on critique qu’on n’aime pas son pays», a indiqué Soumaïla Cissé.

 

Source: Canard Déchainé