Le jeudi 2 avril 2015, les responsables du Réseau d’appui pour une meilleure gouvernance au Mali (Ramgma) étaient devant la presse à leur siège à Boulkassoubougou pour donner leurs points de vue sur l’accord pour la Paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger. Au cours de ce point de presse, les membres dudit réseau ont invité la Coordination des mouvements de l’Azawad (Cma) à parapher le document sans délai. La conférence était animée par le président du Réseau, Moussa M Traoré en présence du chargé à la communication du Réseau, Abdoul Aziz Diallo.

bilal acherif chef rebelle touareg mnla hcua cma arabe réunion azawad discours

«Ce document nous rassure car le respect de l’Unité Nationale, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Etat, ainsi que sa forme républicaine et son caractère laïc sont prises en compte dans son article 1», c’est en ces termes que le conférencier, Moussa M Traoré a commencé son allocution.

Avant d’ajouter que ce document est bon car il a pris en compte la réconciliation, la justice et les questions humanitaires. Et de poursuivre que l’accord prévoit la création d’une commission pour lutter contre la corruption et la délinquance financière. «Le gouvernement de l’Ombre est d’accord avec ce document car il parle de la création d’une commission d’enquête internationale chargée de faire la lumière sur tous les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité, les crimes de génocides, les crimes sexuels et les autres violations graves du droit international.

L’Accord d’Alger est fantastique car il dit non à l’amnistie pour les auteurs des crimes des guerres et crimes contre l’humanité et violations graves de droit de l’homme, y compris les violences sur les femmes, les filles et les enfants, liés au conflit», a dit le président du Réseau.

Pour toutes ces raisons évoquées ci-dessus, le conférencier demande à la Cma de parapher ce document sans délai. En réponse aux questions des journalistes, le chargé à la communication, Aziz Diallo a souhaité beaucoup de communication autour de cet accord pour la sensibilisation de la population. «Si l’intégration des groupes armés dans l’armée permettra de faire la paix tant mieux, il n’y a pas de problème, nous n’avons aucune objection à cela», a-t-il conclu.

Aguibou Sogodogo

Source: Lerepublicainmali