Le 10 Novembre 2014, après plusieurs années de tracasseries judiciaires pour le vol de leurs bœufs, la Cour d’appel de Mopti a confirmé le jugement du Tribunal correctionnel. Ainsi, Bouba Kouba et son fils Amadou, ressortissants de Boré (cercle de Douentza) ont rapproché un huissier de justice à Mopti du nom de Me Siaka Traoré pour l’exécution de la décision de justice. Ce dernier, après plusieurs déplacements à Kossan (commune de Konna) avec des agents de la gendarmerie ont récupéré des dizaines de bœufs. Sur le chemin de retour, 2 éleveurs peulhs ont réussi à faire échapper les bœufs dont ils disposaient et qui étaient sensé être les bœufs volés en émettant des cris. Ces derniers ont été arrêtés par les agents de la brigade de recherche de la gendarmerie pour opposition à l’autorité. Mais ces derniers ont finalement été libérés avec l’aide du Général Soumaila Cissé, ancien gouverneur de Bamako et ancien ambassadeur du Mali en Guinée Equatoriale. Qu’est-ce qui cache ces libérations ?

faits   incroyable  logo faits divers

Cependant, avec l’appui et l’insistance du lieutenant Bakari Coulibaly, commandant de la brigade de recherche de la gendarmerie, les deux éleveurs peulhs ont été de nouveau arrêtés. Mais  tous les indices  portent à croire que le général Cissé, par ces agissements,  ne veut pas que la décision judiciaire soit appliquée. Puisque simplement des parents, amis, proches  à lui seraient impliqués.  Va-t-il continuer à  bloquer l’application de cette décision ? Si oui, la justice rendue n’a-t-elle pas de sens à Mopti ? Comment un simple citoyen peut-il avoir la mainmise sur la justice ?

Aujourd’hui, la victime Amadou Kouba s’est installée à Sévaré  pour suivre son dossier. Il a perdu beaucoup d’argent dans cette affaire. Vivement sont interpellées les plus hautes autorités politiques et judiciaires du Mali afin que la justice prévale sur toute autre considération !

Rappel des faits

Novembre 2010, Bouba Kouba, père d’Amadou Kouba constate l’absence de plusieurs têtes de bœufs dans son pré. Quelques jours plus-tard, des femmes ont témoigné avoir vu les bœufs de la famille Kouba avec Boureima  Ambarke Kassambara, et les frères Massambou qui quittaient le village avec ces animaux volés. Ainsi, le 3 Novembre 2010, Amadou Kouba a déposé plainte contre les frères Kassambara devant le juge du 1er cabinet d’instruction du tribunal de première instance de Mopti. Et le jour du jugement, Fatoumata Diallo a témoigné avoir vu les bœufs de la famille Kouba avec les Massambou et Seyni  Kassambara, quand elle venait du marché. Ainsi, le jugement N° 61 du 30 Avril 2013 condamne les accusés à 1 an d’emprisonnement et le payement de la somme de 1.750.000 FCFA comme dommages et intérêts. Ils ont fait appel au niveau de la cour d’Appel de Mopti. Il a fallu attendre le 10 Novembre 2014 (soit 4 années de tracasseries judiciaires) pour connaître l’épilogue de ce dossier. La Cour d’Appel a confirmé le jugement du tribunal correctionnel de Mopti.

Aujourd’hui, la décision judiciaire est bloquée et tout porte à croire qu’une main invisible corrompt la justice à Mopti.

Affaire à suivre !

 

Cheick  

Source: Le Canard de la Venise