​Affaire Diary Sow: l’étudiante sénégalaise s’explique sur les raisons de sa disparition

L’histoire de cette étudiante sénégalaise en France dont on avait plus de nouvelles depuis deux semaines a défrayé la chronique. Suscitant l’émoi et de nombreuses inquiétudes au Sénégal et ailleurs après avoir disparu sans dire mot ni à sa famille ni à ses proches. Diary Sow est sortie enfin du silence en donnant un signe de vie.

C’est par l’intermédiaire de son parrain, Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’Eau et de l’Assainissement du Sénégal que l’étudiante a communiqué à travers une lettre. Le parrain de la jeune femme a rendu public le contenu de cette correspondance, ce jeudi 21 janvier, à travers une série de 16 tweets.

Dans les extraits des échanges de Diary Sow avec M.Thiam partagés par ce dernier sur Twitter, la jeune femme écrit : « Je tiens à préciser que je t’écris aussi librement que je suis partie. J’ai laissé assez d’indices derrière moi pour qu’on sache que je partais de mon plein gré. Je ne me cache pas. Je ne fuis pas. Considère cela comme une sorte de répit salutaire dans ma vie ».

« La jeune fille que tu connais n’aurait pour rien au monde raté un jour d’école. La pression ? Non. La pression n’a jamais été un frein pour moi. Au contraire. Je ne suis victime d’aucune sorte de pression de la part de qui que ce soit, dans mon entourage », note également l’étudiante à son parrain.

« Je n’ai pas disjoncté à cause du confinement ou de la préparation. Ma vie était telle que je l’avais voulue, telle qu’il fallait qu’elle soit. Les doutes ? Je n’ai jamais douté de mes capacités ni de ma force. Mon départ n’est pas non plus un aveu de faiblesse », indique un autre tweet.

« Ceux qui cherchent une explication rationnelle à mon acte seront déçus, puisqu’il n’y en a aucune », a-t-elle assuré et de conclure : « Contrairement à ce que les gens semblent penser, aux paroles qu’on me prête, je ne renonce pas à ma vie d’avant. Je ne suis pas désolée d’être partie, je suis désolée des gênes occasionnées par mon départ et des gens que j’ai fait souffrir ».


M. TOURÉ

Source : L’ESSOR

Vous allez aimer lire ces articles

Privation de ration alimentaire, taux de mortalité infantile élevée… Un ex-réfugié dénonce les conditions de vie précaire dans le camp de M’Berra en Mauritanie

À l’occasion de “l’autre forum de Bamako” sur les questions de laïcité et de religion : L’ambassadeur du Maroc S. E. Hassan Naciri partage l’expérience du Royaume chérifien avec les participants

Makhtar Diop nommé directeur général et vice-président exécutif de l’IFC

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct