Malijet.co

Afrique du Sud: Un tribunal délivre un mandat d’arrêt contre l’ancien président Jacob Zuma

Un tribunal sud-africain a émis un mandat d’arrêt contre l’ancien président Jacob Zuma qui a été jugé pour 18 chefs d’accusation de fraude, de racket et de blanchiment d’argent concernant un contrat d’armes de 2 milliards de dollars avec la société de défense française Thales en 1999, alors qu’il était l’adjoint du Président du pays.

La juge Dhaya Pillay a émis le mandat d’arrêt après que l’ancien président n’a pas comparu devant le tribunal au motif qu’il avait besoin de soins médicaux. L’avocat de Zuma a présenté à Pillay une note de maladie de ce qu’il a dit être un hôpital militaire, mais la juge a insisté sur le fait qu’il n’y avait pas de numéro médical indiquant si et où le médecin l’avait certifié.

Elle a dit avant d’émettre le mandat d’arrêt;
“Je ne sais même pas si [il] … est médecin. Il n’y a … rien pour étayer qu’il l’est. “

Pillay a conclu que la note était insuffisante pour excuser Zuma de comparaître pour le procès, mais lui a donné jusqu’au 6 mai pour se présenter avant que le mandat ne se déclenche.

Selon certaines informations, Zuma se trouverait à Cuba, son avocat ayant révélé qu’il se trouvait à l’étranger pour recevoir des soins médicaux.

Les accusations contre l’ancien président de l’Afrique du Sud ont été initialement prononcées il y a une dizaine d’années par la National Prosecuting Authority, mais elles ont été annulées peu de temps avant qu’il ne se présente à la présidentielle de 2009.

À la suite des appels et du lobbying des partis d’opposition, le NPA a rétabli les accusations en mars. 2018.

Vous allez aimer lire ces articles

Kenya : 250 000 ménages supplémentaires dans 14 comtés seront électrifiés au solaire

Afrique : les Etats-Unis à la quête du temps perdu

Ouganda : China Energy construira une centrale solaire photovoltaïque de 500 MW

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct