Algérie. L’armée lâche Bouteflika: le général Gaid Salah demande sa destitution

C’est un véritable coup de tonnerre: le chef d’état-major de l’armée algérienne vient de demander la destitution du président Bouteflika. Premiers éléments.

 

Jusque-là hésitante entre soutien au clan Bouteflika et écoute des appels véhéments de la rue, l’armée algérienne a désormais tranché. Elle demande la destitution du président algérien.

Dans un discours retransmis par la chaîne publique A3, le plus haut gradé de l’armée algérienne, en l’occurence son chef d’état-major, le général Ahmed Gaid Salah, a été on ne peut plus clair. Il demande désormais l’application de l’article 102 de la Constitution. Celui-là même qui stipule tout simplement la destitution du chef de l’Etat en cas d’empêchement de l’exercice de ses fonctions.

Voici, dans le texte, ce que dit l’article 102:

«Lorsque le Président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la réalité de cet empêchement par tous moyens appropriés, propose,à l’unanimité, au Parlement de déclarer l’état d’empêchement.

Le Parlement siégeant en chambres réunies déclare l’état d’empêchement du Président de la République, à la majorité des deux tiers (2/3) de ses membres et charge de l’intérim du Chef de l’Etat, pour une période maximale de quarante cinq (45) jours, le Président du Conseil de la Nation, qui exerce ses prérogatives dans le respect des dispositions de l’article 104 de la Constitution.

En cas de continuation de l’empêchement à l’expiration du délai de quarante cinq (45) jours, il est procédé à une déclaration de vacance par démission de plein droit, selon la procédure visée aux alinéas ci-dessus et selon les dispositions des alinéas suivants du présent article.

En cas de démission ou de décès du Président de la République, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit et constate la vacance définitive de la Présidence de la République.

Il communique immédiatement l’acte de déclaration de vacance définitive au Parlement qui se réunit de plein droit.

Le Président du Conseil de la Nation assume la charge de Chef de l’État pour une durée de quatre-vingt-dix (90) jours au maximum, au cours de laquelle des élections présidentielles sont organisées.

Le Chef de l’État, ainsi désigné, ne peut être candidat à la Présidence de la République.

En cas de conjonction de la démission ou du décès du Président de la République et de la vacance de la Présidence du Conseil de la Nation, pour quelque cause que ce soit, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit et constate à l’unanimité la vacance définitive de la Présidence de la République et l’empêchement du Président du Conseil de la Nation. Dans ce cas, le Président du Conseil constitutionnel assume la charge de Chef de l’Etat dans les conditions fixées aux alinéas précédents du présent article et à l’article 104 de la Constitution.

Il ne peut être candidat à la Présidence de la République»

Par Tarik Qattab

Source: le360.ma

Vous allez aimer lire ces articles

Echec de pourparlers avec la CEDEAO à Accra : que va faire le CNSP ?

Crise malienne: le leader du Mouvement M5 salue les efforts de l’Algérie

Secteur privé : vers un bicéphalisme au Patronat

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct