L’insécurité au niveau des frontières Niger-Burkina-Mali s’intensifie de jour en jour. La semaine dernière, une attaque meurtrière a visé les soldats nigériens à Chinagodrar faisant 89 morts. Suite à cette attaque, des hommes armés ont donné un ultimatum aux habitants de quitter le village. Ils affluent vers Anderamboukane dans la région de Ménaka. 

 

C’est jusqu’au mercredi dernier  qui a été donné aux habitants pour chercher refuge ailleurs. « Cela au risque de les tuer tous » comme le témoigne l’un des habitants, joint par nos confrères de radio intercommunautaire  Studio tamani.

Face à cette course à la montre, beaucoup ont rallié Andéramboukane une localité malienne située à une vingtaine de kilomètres. Selon le même témoin cité par la même source, depuis le mardi dernier, la localité se vide de ses habitants.

 

Des personnes prises par la panique ont tout laissé derrière eux. Chinagodrar est la localité où  beaucoup de Maliens en 2012 ont fui pour se réfugier par  crainte de représailles des mouvements armés.

 

Mais aujourd’hui, l’insécurité grandissante dans cette zone les a ensuite contraints à retourner au bercail.

 

Il faut noter que le poste de Chinagodrar désormais abandonné par les Forces Armés nigeriennes  et celui d’Anderamboukane par les FAMA inquiète les populations. Ces dernières craignent  pour la sécurisation de leur personne et de leurs biens.

A. Haidara

LE COMBAT