Malijet.co

Au Cameroun, le conflit maintient les écoles fermées pendant trois ans

Les écoliers sont devenus des pions dans le conflit féroce entre le gouvernement camerounais, majoritairement francophone, et les combattants séparatistes qui réclament l’indépendance de la région anglophone du pays.

Les séparatistes imposent un bouclage dans les villes et villages des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest pour faire en sorte que les écoles restent fermées pour une quatrième année scolaire consécutive.

Les régions sont fortement militarisées, avec des troupes combattant des insurgés qui utilisent des tactiques de guérilla.

Les écoles devaient ouvrir le 2 septembre – au lieu de cela, les parents et les enfants ont fui leurs maisons par milliers car ils craignent une escalade du conflit.

Des enfants enlevés

La plupart des écoles des deux régions – y compris dans les villages – sont vides depuis trois ans, les bâtiments étant couverts de longues herbes.

Dans certaines régions, le gouvernement a déployé des troupes pour garder les salles de classe, mais l’armée étant le principal ennemi des séparatistes, le risque d’attaques par des hommes armés a augmenté.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, l’UNICEF, affirme que l’interdiction de l’éducation a touché environ 600 000 enfants, avec plus de 80 % des écoles fermées et au moins 74 écoles détruites dans les régions en crise.

Lors d’un incident, 80 élèves, leur directeur et un enseignant – qui ont défié le verrouillage – ont été enlevés l’année dernière, avant d’être relâchés environ une semaine plus tard.

Les combattants séparatistes ont nié leur implication, mais le gouvernement les a accusés de ces enlèvements.

Le conflit trouve son origine dans la décision du gouvernement d’accroître l’utilisation du français dans les écoles et les tribunaux des régions majoritairement anglophones en 2016.

Elle a déclenché des manifestations de masse et s’est transformée en rébellion l’année suivante lorsque des civils – furieux que le gouvernement ait déployé des troupes pour réprimer les manifestations – ont pris les armes.

Des milliers de personnes – civils, séparatistes et soldats – ont été tuées et plus de 500 000 ont été déplacées.

L’économie est également en ruine, les entreprises font faillite et les travailleurs ne sont pas payés.

Des enfants soldats

Pire encore, des enfants sont devenus orphelins et certains d’entre eux sont allés dans la brousse pour rejoindre l’un des nombreux groupes armés qui sont apparus pour lutter pour ce qu’ils appellent l’État indépendant d’Ambazonia.

Ce qui était autrefois impensable est devenu une réalité : le Cameroun – comme d’autres pays africains – a maintenant des enfants soldats.

Ils blâment les troupes gouvernementales pour la mort de leurs parents et ont juré de se venger.

Les séparatistes ont ciblé les écoles, plus que toute autre chose, parce qu’ils sont la cible la plus douce et parce qu’ils veulent contrecarrer les efforts du gouvernement pour que les enfants – la prochaine génération de Camerounais anglophones – soient davantage sous influence française.

  • Colonisé par l’Allemagne en 1884
  • Les troupes britanniques et françaises forcent les Allemands à partir en 1916
  • Le Cameroun est divisé trois ans plus tard : 80 % pour les Français et 20 % pour les Britanniques.
  • Le Cameroun, dirigé par la France, devient indépendant en 1960
  • Suite à un référendum, les Camerounais du Sud (britanniques) rejoignent le Cameroun, tandis que les Camerounais du Nord rejoignent le Nigeria anglophone.

Ils insistent sur le fait que les écoles resteront fermées jusqu’à ce que le gouvernement accepte de négocier la création de l’État d’Ambizonia – ce qu’il a jusqu’à présent refusé de faire, pensant pouvoir vaincre ceux qu’il appelle les “terroristes”.

En l’absence d’effort international majeur pour mettre fin au conflit, les deux parties sont devenues plus belligérantes.

Le mois dernier, un tribunal militaire a condamné le leader autoproclamé d’Ambazonia, Sisiku Ayuk Tabe, et neuf de ses collègues à la prison à vie, après leur arrestation et leur expulsion du Nigeria voisin.

La tête dans le sable

Le jugement a mis en colère les séparatistes, qui ont intensifié leurs efforts pour imposer un verrouillage en veillant à ce que les habitants des deux régions – qui ont une population d’environ huit millions d’habitants – restent dans leur pays.

Tous les transports publics ont été arrêtés et les magasins, les bureaux et les marchés ont été fermés.

Dans le passé, les séparatistes ordonnaient des fermetures pour une journée – habituellement un lundi. Tous ceux qui défiaient l’ordre étaient qualifiés de “vendus” et risquaient d’être agressés et même tués. Cette fois, le confinement durera deux et peut-être trois semaines.

Bamenda – la plus grande ville anglophone avec une population d’environ 400 000 habitants – est en quarantaine depuis la semaine dernière, tandis que dans d’autres régions, la quarantaine a commencé cette semaine.

Dans les jours qui ont précédé le bouclage, les tarifs de transport ont plus que doublé, des milliers de personnes ayant fui des villages, des villes et des cités à la recherche de zones plus sûres, principalement au Cameroun francophone – dont la capitale, Yaoundé, et le centre commercial de Douala.

Cela a aggravé la crise humanitaire, certaines personnes étant bloquées dans les gares routières des deux villes parce qu’elles n’ont nulle part où aller.

Malgré cela, certains responsables gouvernementaux se sont enfouis la tête dans le sable – le gouverneur du Nord-Ouest, Adolphe Lélé L’Afrique, a décrit ceux qui fuyaient comme des vacanciers qui rentraient chez eux avant le début de la nouvelle année scolaire.

Avec une telle attitude, beaucoup de gens sont désespérés, se demandant s’il y a un avenir pour eux – et surtout pour leurs enfants – au Cameroun principalement anglophone ou s’ils doivent émigrer

J’ai moi-même déménagé au Canada en janvier, car Bamenda – où j’habitais – est devenue trop dangereuse pour que je puisse travailler comme journaliste.

Vous allez aimer lire ces articles

Affaire Nobert Zongo: le décret d’extradition de François Compaoré bientôt pris

Gabon : l’ex-directeur de cabinet d’Ali Bongo placé en détention provisoire

Obsèques nationales en hommage aux 71 soldats tués à Inatès

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct