Burkina Faso : inhumation des victimes de l’attaque contre une église

Le prêtre Simeon Niampa et les cinq autres fidèles assassinés dimanche par des hommes armés non identifiés dans l’église de Dablo, dans la province du Sanmatenga, reposent désormais au cimetière catholique de la commune. Parents, amis, coreligionnaires, responsables de l’Église catholique et autorités politiques et coutumières étaient présents lors de la mise en terre.

Ils étaient tous là. Protestants, musulmans et coutumiers au cimetière catholique de Dablo où le prêtre et les cinq membres de son église ont été inhumés.

Certains fidèles avaient de la peine à retenir leurs larmes. Malgré la douleur, monseigneur Seraphin Rouamba, archevêque métropolitain de Koupela, a demandé aux populations de Dablo et du Burkina d’emprunter le chemin du pardon et de la paix.

« Cela fait des années et des années que nous travaillons ensemble. Musulmans, protestants, catholiques, ceux de religions traditionnelles, nous avons toujours marché main dans la main. Par conséquent, il ne faut pas que des actes aussi tragiques puissent venir nous séparer », a-t-il souligné.

Le gouvernement était représenté par deux ministres. Face aux populations, le ministre d’État Simeon Sawadogo, chargé de la cohésion sociale, a traité ces assassinats de « barbarie inqualifiable ».

« Ce que nous avons vécu ici, est le témoignage d’une barbarie sans fondement. On peut ne pas se comprendre, on peut ne pas s’entendre, mais aller dans la maison de Dieu prendre des gens froidement assassinés, c’est le comble et le summum de la barbarie. Par conséquent, nous allons vous demander simplement de garder la solidarité, l’entente », a-t-il déclaré.

Apres l’inhumation, les différentes délégations ont visité ce qu’il reste de l’église incendiée. Sur le sol, on peut voir encore les traces de sang, là où le prêtre et les cinq fidèles ont été sommairement exécutés.

Source: RFI

Vous allez aimer lire ces articles

Sahel central : 1,7 milliard de dollars d’aide humanitaire promis par les bailleurs de fonds

Lettre ouverte à l’ambassadeur de France au Burkina M. Luc HalladeExcellence monsieur l’ambassadeur,

Burundi: l’ancien président Pierre Buyoya condamné pour l’assassinat de Melchior Ndadaye

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct