Burkina Faso : le choix de la Russie pour diversifier les partenaires dans la lutte contre le terrorisme, le Ministre de la Défense, Jean Claude BOUDA avait-il eu raison trop tôt ?

En Novembre 2019, nous dénoncions le blocage par la France de la livraison de deux hélicoptères Mi-171Sh. Un dossier que nous avions choisi de suivre depuis l’annonce d’achat de ces Mi-171 en Russie. Il en était suivi de tentative de démentis par les deux profrançais au Gouvernement Burkinabè, les Ministres Alpha BARRY et Fulgence DANDJINU.

Pour comprendre et s’en convaincre faisons appel, au rapport d’information numéro 2907 du 09 juillet 1992 produit par l’assemblée nationale de France : « C’est la France qui achète et vend les devises sur le marché de change pour le compte des institutions d’émissions africaines. »
Pour tous les achats à l’extérieur, l’État Burkinabè fait appel au Trésor public français par une demande dite « causée » et le trésor public valide ou invalide la demande. Autrement dit, le Burkina Faso et tous les autres pays de zone franc n’ont aucun pouvoir de choisir librement avec qui commercer sans l’aval préalable de la France impérialiste. Au cas où la demande est validée, c’est le trésor public de France qui prélève dans les comptes d’opération des 50% des avoirs que l’État Burkinabè dépose quotidiennement et fait les achats pour le compte de l’État Burkinabè.
Si toutefois le Burkina choisit d’acheter des marchandises que la France produit, avec un autre pays concurrent, la France met son véto même si ce pays propose de meilleurs prix ou de meilleurs produits.
C’est ainsi que la France impose aux africains la consommation de ses produits à des coûts trois fois plus chers que le prix normal sur le marché. (Voir métro d’Abidjan marché attribué à une société française ).
Lors du forum «Armée 2017 » tenu du 22 au 27 Août 2017 à Moscou, Sergey Kornev Directeur Général Adjoint de Rosoboro export annonçait la commande de deux hélicoptères Mi-171Sh et précisait que la livraison devrait se faire en 2018. Cette commande a été faite par le Ministre Burkinabè de la défense Monsieur Jean Claude BOUDA.
Dès son arrivée à Ouagadougou, le Ministre BOUDA, recevait dans son bureau la visite de l’Ambassadeur de France au Burkina Faso Lapeyre de Cabane et le Directeur Général de la Banque Française SGB/B, pour l’intimer de renoncer à l’achat de ces appareils avec la Russie. Ils lui ont proposés des appareils français, auxquelles propositions, il rétorqua qu’il s’en tient à l’avis des techniciens et qu’il n’est pas question de renoncer à ces appareils. C’est le début du calvaire du ministre sans le savoir.
Après avoir été émerveillé par la qualité de ces oiseaux volants cracheurs de feu, le Ministre pousse sa hardiesse encore plus loin. En 2018 il signe un partenariat avec la Russie dans le domaine de la défense et d’armement. Avec les éloges faits sur les deux appareils et l’assurance que la Russie lui a donné, ajouté à la révision des soldes de l’armée, il déclara que les terroristes seront désormais terrorisés.
Mais il faut maintenant de l’argent pour payer la facture. La Russie comprenant l’impossibilité pour le Burkina Faso d’honorer son engagement sachant que c’est la France seule qui est capable de lui acheter des devises étrangères. Elle demande au Ministre de lui payer en cash. Chose impossible pour un Etat. La commande restera donc bloquée jusqu’à ce jour.
L’acte de trop pour la France, c’est lorsque le Ministre a annulé un marché accordé à une des sociétés de sécurité coloniale française évoluant dans l’industrie d’armement en Afrique. Mac Security. Qu’en était-il réellement ?
La Chine Taïwan avait offert au gouvernement Burkinabè des fonds pour l’achat d’un simulateur de tir de kalach. Ayant eu vent du don, les patrons de Mac security, s’en pressent au niveau de la hiérarchie militaire et s’accaparent du marché sans que le Ministre ne soit informé. Il ne sera informé que lorsque la Chine Taïwan s’étonne de voir le marché dans les mains d’une société française alors que la France n’en produit pas de simulateur de tir kalach . Après plusieurs tentatives de corruption par un certain Thibault sans succès, le Ministre est déterminé à envoyer des soldats Burkinabè pour une formation spécialisée en lutte contre le terrorisme en Russie.
Il n’aura pas cette occasion, car il sera expulsé du gouvernement avec poursuite en justice dont les Chefs d’accusations sont : Délit d’apparence, Blanchiment d’argent, faux et usage de faux en écriture privée. Parmi les trois personnalités accusées dont les noms ont apparu dans les journaux, Le premier ministre Paul Kaba TIEBA et le ministre Eric BOUGMA, ne seront pas inquiétés. Eric BOUGMA a juste justifié pour sa cause par des dons de famille.
Vous l’aurez remarqué que les accusations ne portent ni sur un détournement du budget de l’armée, ni sur les primes des soldats, ni sur un vol quelconque. Chose qui se serait confirmé par l’intendant militaire Parkouda. Le plus curieux, c’est que les documents destinés au Ministre qui sont sensés être confidentiels et qui devraient lui parvenir, se retrouvaient dans les journaux sans que l’intéressé n’en reçoive copie. Malgré les correspondances de justificatifs dont le secrétariat de Monsieur IBRIGA reconnait avoir réceptionné le 14 Avril 2020, mais sans une expédition de note en guise de réponse. Nous avons tenté de joindre le Ministre BOUDA pour avoir sa version des faits, sans succès à présent.
Nous n’avons aucune intention ici de justifier la provenance des fonds de qui que ce soit. Notre objectif est d’inviter nos institutions à agir en toute liberté sans aucune influence extérieure.
Comment pouvons nous comprendre que ces soient sur ceux qui s’éloignent de l’impérialisme français, que nos institutions deviennent subitement actives et vigilantes ? Au point de continuer à tuer en nos fils ce nationalisme « débordant » sans lequel nous ne saurons gagné cette guerre.
Nous vivons encore les conséquences de ce qui nous parait être un complot ourdi contre le colonel BARRY dont l’édification semble se retrouver en état de mort cérébrale.
Le plus dangereux pour nos institutions, serait qu’elles soient aussi facilement manipulables.
Aujourd’hui, les Maliens se réjouissent de l’acquisition des mêmes types d’hélicoptères de guerre qui se seraient acquis sur du troc avec des lingots d’or contournant ainsi le véto français. Le repli des terroristes sur le sol burkinabè après l’arrivée des Russes au Mali, témoigne et donne raison au Ministre BOUDA : C’est clair que les terroristes seront terrorisés sur le sol malien.
Œil D’Afrik
Le Président
Larba Israël LOMPO Pour Bamada.net

Vous allez aimer lire ces articles

Route transsaharienne : Tunisie, Mali, Niger, Nigeria, Tchad au RDV à Alger

Sommet de la CEDEAO : Les présidents Bazoum et Ouattara accordent leurs points de vue

REGARD CRITIQUE : La Constitution ne vaut que par ce que nous en faisons

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct