5639 réfugiés maliens expriment leur Intention de retourner au pays

 

Cette information a été donnée par le haut Conseil des Nations Unis pour les Réfugiés à travers un communiqué dont nous avons reçu copie.  Le HCR explique dans cette note que l’insécurité au Burkina Faso oblige, non seulement des civils à fuir leur foyer enquête de sécurité dans leur propre pays ou à rejoindre le Malien tant que réfugiés, mais force également les réfugiés Maliens, se Trouvant au Burkina Faso, à retourner dans leur pays d’origine.

Dans le document, il est indiqué que, depuis début mars, la situation sécuritaire au camp de réfugiés de Goudoubo, près de Dori (province de Seno, Burkina Faso), a continué à se détériorer suivant la même tendance que celle observée au camp de réfugiés de Mentao, près de Djibo (province de Soum, Burkina Faso), ces derniers mois. En effet, le 2 mars, le camp de Goudoubou a été attaqué par des individus armés qui ont torturé des membres d’une famille de réfugiés, avant de s’emparer de leurs biens.

« À la suite de cette attaque, 5639 réfugiés (1151 ménages) du camp de Goudoubou ont exprimé leur Intention de retourner au Mali, soit 63.7% de la population totale du camp (8843). Enparallèle, 1244 autres réfugiés (253 ménages), se trouvant dans le même camp, ont exprimé l’intention de déménager à Dori, Gorom, Ouagadougouou Bobo Dioulasso, au Burkina Faso. Se rajoutent à ceux-ci 3500 réfugiés du camp de Mentao et 1000 réfugiés urbains et ruraux (hors camp), qui ont également manifesté leur intention de retourner au Mali’’ peut-on lire dans le document.  

Et de rappeler que Bien que 4128 réfugiés (1025 ménages) aient reçu le VRF et le viatique de départ,’’… (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU VENDREDI 03 AVRIL 2020

Mahamane TOURE avec HCR

NOUVEL HORIZON