Côte d’Ivoire : saisie record de 411 tonnes de cocaïne au large d’Abidjan

C’est la saisie la plus importante jamais réalisée en Côte d’Ivoire : 411 tonnes de cocaïne. La drogue, dont la valeur est estimée à 40 millions de dollars, avait été convoyée à bord d’un navire en provenance du Brésil.

 

L’opération, lancée lundi 3 février, a été suivie de près par le général Vagoindo Diomandé, ministre de la Sécurité et de la protection civile, qui se trouve actuellement à l’extérieur du pays. Les forces de sécurité ivoiriennes, qui avaient obtenu « une information anonyme », sont intervenues dans les eaux territoriales au large du port d’Abidjan. La saisie est impressionnante : 411 tonnes de cocaïne pour une valeur estimée à 40 millions de dollars ont été découvertes à bord de trois embarcations.

« La cocaïne est arrivée du Brésil à bord d’un navire marchand. La cargaison a ensuite été transbordée dans trois embarcations, dans les eaux ghanéennes », confie une source sécuritaire à Jeune Afrique. Trois Ghanéens ont été arrêtés et sont actuellement aux mains des enquêteurs. La drogue, quant-à elle, a été placée sous scellée dans les locaux de la Marine ivoirienne.

 « Spaghetti connection »

En juin dernier, déjà, une vaste opération antidrogue avait conduit au démantèlement d’un vaste réseau international de trafic de cocaïne. Plus d’une dizaine de personnes avaient été arrêtées dans ce coup de filet mené contre la « Spaghetti connection » – le nom donné par les enquêteurs à ce réseau, parmi lesquels six Italiens, trois Ivoiriens et un Français.

Le coup de filet, mené grâce à une coopération entre les services français, italiens et ivoiriens, avait également mis au jour l’implication de membres de la Camorra, la mafia napolitaine, et de la ‘Ndrangheta,  la mafia calabraise. Le signe, selon les enquêteurs, que les deux mafias italiennes se sont associées pour faire de la Côte d’Ivoire une zone de transit pour la drogue à destination de l’Europe. Le dossier « Spaghetti connection » est actuellement instruit par le nouveau pôle financier du Tribunal de première Instance d’Abidjan.

Jeune Afrique

Vous allez aimer lire ces articles

Grand Barrage de la Renaissance de l’Ethiopie : Organisations humanitaires et de secours plient bagages

Burkina Faso: un nouveau massacre de plus d’une cinquantaine de civils

Afri’ Actu : France-G5 Sahel : La rhétorique !

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct