COUP D’ÉTAT AU Burkina Faso: La Communauté internationale condamne

La Communauté internationale, singulièrement la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union Africaine (UA) et l’Union européenne condamnent fermement cette tentative de coup d’État au Burkina Faso.  

 

Comme d’habitude, la CEDEAO, l’UA et l’UE n’aiment pas du tout le coup d’État dans les pays démocratiques. C’est la raison pour laquelle, elles contestent toujours la prise du pouvoir par les militaires contre les présidents démocratiquement élus. 

À travers un communiqué publié hier 24 janvier 2022, la CEDEAO condamne cet acte d’une extrême gravité qui ne saurait être toléré au regard des dispositions réglementaires pertinentes. ‘’ La CEDEAO suit avec une grande préoccupation l’évolution de la situation politique et sécuritaire au Burkina Faso caractérisée depuis le dimanche 23 janvier 2022 par une tentative de coup d’État’’, a-t-elle affirmé, avant d’ajouter que la CEDEAO tient les militaires responsables de l’intégralité physique du président Roch Marc Christian Kaboré. « La CEDEAO demande aux militaires de retourner dans les casernes, de maintenir une posture républicaine et de privilégier le dialogue avec les autorités pour résoudre les problèmes », lit-on dans le communiqué. 

Quant à l’Union Africaine, elle appelle l’armée nationale et les forces de sécurité du pays à s’en tenir strictement à leur vocation républicaine à savoir la défense de la sécurité intérieure et extérieure.  Il les appelle à assurer l’intégralité physique du président de la République ainsi que tous les membres du gouvernement. Il encourage le gouvernement et tous les acteurs civils et militaires à privilégier le dialogue politique comme voie de solution des problèmes du Burkina Faso. 

 Le président de la commission de l’Union Africaine, agissant étroitement avec la CEDEAO déclare poursuivre sans relâche les efforts conjugués avec l’organisation régionale pour une solution rapide de la crise. L’Union européenne demande la libération immédiate de l’ancien président Roch Marc Christian Kaboré. C’est le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) dirigé par Paul Henri Sandaogo Damiba qui est au pouvoir instantanément.  

À titre de rappel, cette insurrection a débuté le samedi 22 janvier 2022 dans plusieurs villes au Burkina Faso lors de la manifestation contre les sanctions des chefs d’État de la CEDEAO contre le Mali. Une manifestation réprimée, mais les manifestants étaient engagés pour soutenir leurs voisins du Mali. 

Les militaires ont profité de cette situation pour mettre fin au pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré. Le désormais ancien président du Burkina Faso a toujours été contesté par son peuple. Il y avait assez de défaillances dans sa gestion du pays surtout dans la lutte contre le terrorisme. 

Actuellement le pays des hommes intègres est dans une transition comme le Mali et la Guinée Conakry.

D SANOGO  

Source : LE COMBAT

Vous allez aimer lire ces articles

Guinée : Les autorités interdisent les manifestations politiques

Manifestation contre la présence militaire française : Le Tchad entre dans la danse

Guinée: la junte interdit les manifestations politiques

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct