Malijet.co

Gabon: scandale autour d’une clinique refusant de rendre un nourrisson à sa mère

C’est une affaire qui fait le buzz au Gabon. L’affaire d’une clinique qui a refusé de rendre son nouveau-né à une mère. Elle n’était pas en mesure de payer les frais d’hospitalisation de son enfant. Le médecin a été placé en garde à vue avant d’être remis en liberté provisoire dimanche.

C’est l’histoire d’un bébé prématuré, gardé en couveuse et dont le séjour à la clinique a duré 5 longs mois. Sa mère, qui ne pouvait pas régler la totalité des frais, n’a pas été autorisée à récupérer son enfant, elle avait simplement le droit de venir le voir et le nourrir. La somme en question : 2,2 millions de francs CFA.

Cette situation a provoqué un élan de solidarité, amplifié par un reportage réalisé par TV5 Monde. Le couple présidentiel a même contribué au retour du nouveau-né au sein de sa famille. L’affaire a alors pris un tournant politique, l’opposition dénonçant l’incurie des services de l’Etat. « Des cas comme cela, il y en a malheureusement des dizaines », regrette Alain Claude Bilie-Bi-Nzé, le porte-parole du gouvernement. « C’est pour cela que le chef de l’Etat a décidé d’instaurer la gratuité de l’acte d’accouchement. La mesure sera mise en œuvre le 19 février », précise-t-il.

De son côté, la justice s’est saisie de l’affaire. Une enquête a été ouverte. Le directeur de la clinique qui est aussi le médecin traitant a été interpellé pour « séquestration d’enfant » avant d’être remis en liberté dimanche. « On lui fait un mauvais procès, c’est de la calomnie », affirme son avocat maître Jean-Paul Méthode Imbong-Fadi qui espère que le dossier sera classé sans suite.

Par RFI Publié le 13-02-2018

Vous allez aimer lire ces articles

Présidentielle au Cameroun: les évêques dénoncent la fiabilité des résultats

Célébration de la journée des Nations unies : SOUS LE SIGNE D’UN MALI EN PAIX ET DOTÉ D’INSTITUTIONS FORTES

La liberté économique, une arme contre la pauvreté

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct