La crise sanitaire que traverse le monde, laisse libre cours à certains comportements dont les fake news et les arnaques de tout genre. La Direction générale de la sécurité des systèmes d’information de l’administration de la Défense nationale, met en garde la population contre des cybercriminels qui profitent de la pandémie du coronavirus pour propager une campagne d’hameçonnage par le biais d’un « rançongiciel ».

C’est derrière une application de suivi du coronavirus du nom CovidLock, que sévit le phénomène. Selon la note d’information, disponible sur le site coronavirusapp, le ransomware chiffre les appareils de ses victimes qui auront délivré au préalable aux pirates informatiques via CovidLock, accessibilité et autorisations de verrouillage. Les cybercriminels leur demanderont alors une rançon de 100 $ (payés en bitcoins) dans un délai de 48 heures, s’ils veulent récupérer les données de leur appareil (photos, contacts et autres données).

La Défense nationale alerte également sur d’autres attaques qui poussent certains à télécharger par inadvertance, sur internet, des présentations cartographiques de la propagation du virus et déclenchent ainsi une application malveillante qui compromettra leurs appareils. Dans de nombreux cas, « les attaques sont basées sur des courriels de phishing, à l’instar de la variante BlackWater, contenant des liens ou des pièces jointes qui prétendent contenir des informations importantes sur le virus Covid-19 ».

Aussi, la Direction générale de la sécurité des systèmes d’information de l’administration de la Défense nationale conseille, pour contrer ces attaques, de s’assurer de « télécharger des applications sûres n’utilisant que des ressources des gouvernements et des établissements de santé officiels concernant le coronavirus ».