Malijet.co

Massacre des 46 civils dans la région de Paoua en Centrafrique : Un rapport de l’ONG HRW culpabilise les 3R de Sidiki Abbas

L’ONG Human rights watch (HRW) a publié ce vendredi 19 juillet 2019, le rapport sur son enquête sur le massacre de 46 civils dans trois villages de la région de Paoua, le 21 mai dernier, en République centrafricaine.    Basé sur de nombreux témoignages de survivants, le rapport pointe du doigt les 3R de sidiki Abbas.

 

Bien que le groupe 3R avait, juste après les faits, attribué le massacre à des « combattants agissant de leur propre chef », en livrant trois hommes comme étant responsables du crime odieux, le rapport de HRW indique bien le contraire.  Il estime selon Rfi qu’il s’agit de « crime de guerre » et de « tueries planifiées ». Un constat conclu à la suite d’une menace du chef des 3R, Sidiki Abbas, la vieille même des attaques, comme l’indique Lewis Mudge, responsable Afrique centrale de Human rights watch : « Ce n’est pas une coïncidence que les trois endroits aient été attaqués presque à la même heure. Par contre, la veille de l’attaque, le 20 mai, le chef des 3R, Sidiki Abbas, a annoncé dans un rendez-vous accompagné de plusieurs responsables qu’ils allaient attaquer très bientôt le village de Bohong et tuer les gens ». Et d’ajouter après, « On est aujourd’hui, quelques mois après la signature de l’accord de Khartouym. Et pour nous, cette attaque est le premier test de ces accords, estime Lewis Mudge, selon Rfi. Nous avons documenté des tueries de civils qui étaient ciblées par un groupe. On sait bel et bien que c’est les éléments des 3R qui ont tué au moins 46 civils qui ont été massacrés ». C’est pourquoi l’organisation des droits de l’homme en appelle, selon Rfi, à la responsabilité du gouvernement centrafricain et des garants de l’accord de paix de Khartoum à prendre des sanctions contre les 3R et ouvrir une enquête « rapide et indépendante ».

ISSA DJIGUIBA

Source : Le Pays

Vous allez aimer lire ces articles

Afrique du Sud: Ramaphosa défend sa campagne controversée pour la présidence de l’ANC

Plus de 2 300 tigres, victimes de trafic international, ont été saisis par les autorités depuis 2000, soit deux par semaine, a alerté mercredi 21 août, l’ONG de surveillance du commerce de la faune et flore sauvage Traffic. Alors qu’on comptait 100 000 tigres sauvages sur la planète au début du XXe siècle, ils sont désormais 3 200, estime le rapport de l’ONG Traffic, qui surveille le commerce de la faune et flore sauvage. Trois sous-espèces ont même complètement disparu. Des captures incessantes Depuis une dizaine d’années, l’Inde et les dirigeants de douze autres pays abritant les félins s’étaient pourtant engagés à doubler leur population d’ici 2022. Mais les tigres continuent d’être capturés sans répit. Les braconniers ne s’intéressent pas qu’à la peau des tigres. Les yeux, les moustaches, les griffes sont également très prisés. Les os sont broyés pour finir en poudre et utilisés en particulier dans la médecine chinoise. « Éviter de nouvelles disparitions » Selon Traffic, les tigres sont bel et bien victimes d’un trafic international. L’Inde, qui dispose de la plus grande population de tigres sauvages au monde, reste le pays où le nombre de saisies est le plus élevé. Et en Indonésie, le nombre de saisies aurait été multiplié par quatre entre 2015 et 2018. Kanitha Krish Nasamy, la directrice Traffic, s’alarme et estime que « le temps des discussions est révolu : les mots doivent céder la place aux actes pour éviter de nouvelles disparitions de tigres ».

En Côte d’Ivoire, nouvel allié d’Henri Konan Bédié, Charles Blé Goudé affûte ses ambitions présidentielles

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct