Malijet.co

Mission accomplie pour le groupement Léopard

Une cérémonie militaire se déroulera ce matin, à partir de 10 heures, dans la cour d’honneur de l’hôtel Saint-Jacques à Agen, siège du conseil départemental. En présence du général de brigade Norbert Chassang (général adjoint-opérations au Commandement des systèmes d’information et de communication de l’armée de Terre, basé à Rennes), de Pierre Camani (président du département), des sénateurs Bonfanti et Moga, et du maire d’Agen Jean Dionis, sera officiellement dissous le groupement de transmissions (GTRS) Léopard.

Il s’agit d’une unité qui a été déployée sur le théâtre d’opérations Barkhane, en Afrique, d’octobre à février, et qui gérait l’ensemble des systèmes de transmissions des militaires français, sur un théâtre d’opérations grand comme le continent européen. Le 48e Régiment de transmissions étant la principale force constituant ce GTRS, la cérémonie se tient donc naturellement à Agen – ce fut également le cas en 2017.

L’occasion de faire le point sur cette opération extérieure et sur le 48e RT, en interrogeant ces principaux responsables.

Quel sens donner à la cérémonie de ce jour ?

Général Chassang et colonel Chabot : «Il s’agit de marquer le coup, et de donner un fin symbolique à ce mandat, très exigeant, qui a nécessité beaucoup d’engagement de la part de nos militaires. Nous partons en mission généralement avec discrétion, mais quand nous sommes de retour, c’est bien de le faire savoir. La mission s’est très bien déroulée, et c’est bien de clore le mandat en présence des militaires, des familles, et des élus de la République.»

Comment était composé ce GTRS Léopard ?

«Plus d’une centaine de transmetteurs du 48e RT ont participé à l’opération Barkhane, et composaient la moitié du groupement. Il y avait également des militaires de l’armée de l’air, et des gens de la 4eCCT de Clermont-Ferrand. Ils ont assuré la permanence des communications, via des systèmes stratégiques, qui relient par satellites à Paris, mais également des systèmes tactiques, mettant en relation avec toutes les unités françaises déployées dans les pays où se déroule

petitbleu

 

Vous allez aimer lire ces articles

Afrique du sud : une journaliste menacée et harcelée par un leader de l’opposition

Processus électoral de 2020 au Burundi : Compte tenu des risques, la commission d’enquête de l’ONU veut s’impliquer

Condition de vie des réfugiés burkinabés : En plus d’être confrontés à l’insécurité, ils se voient aussi entravés d’aides humanitaires

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct