Les forces de défense et de sécurité du Togo ont voté mercredi, trois jours avant le scrutin présidentiel fixé au 22 février, sur l’ensemble du territoire.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI), chargée de l’organisation et de la supervision de l’élection, a mis à disposition à cet effet 246 bureaux de vote à travers le pays.

Le vote par anticipation est prescrit par le Code électoral du Togo et vise à permettre aux forces de défense et de sécurité de remplir leur mission régalienne le jour du scrutin.

Sept candidats sont en lice pour cette élection présidentielle. Le président sortant Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005 et à la recherche d’un quatrième mandat, affronte six candidats issus de l’opposition.

Au total 3.614.056 électeurs, dont 348 au niveau de la diaspora, inscrits sur le fichier électoral sont attendus pour exprimer leur choix dans 9.389 bureaux de vote, le samedi 22 février.

Le dispositif sécuritaire Force sécurité élection présidentielle (FOSEP-2020), de 10.000 éléments de police et de gendarmerie, assure la sécurité du processus électoral.

Dix organisations de la société civile accréditées par la CENI déploieront près de 3.000 nationaux pour l’observation du scrutin, outre la mission d’observation de l’Union africaine conduite par l’ancien président de Madagascar Hery Rajaonarimanpianina et celle de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Fi

intellivoire