Malijet.co

Sénégal : L’armée annonce des sanctions contre le Capitaine Dièye

Le capitaine Dièye continue d’alimenter les débats au Sénégal. Dans un communiqué transmis à la presse, l’armée sénégalaise évoque la « demande de disponibilité » du Capitaine et annonce des sanctions.
Une demande de disponibilité formulée depuis plus d’un an

Alors que l’affaire du Capitaine a éclaté au mois de mai 2018, le communiqué de l’armée renseigne que la demande de disponibilité date du 9 février 2017, soit depuis plus d’un an. « Conformément à la loi n°62-37/Pr/Mfa du 18 mai 1962 fixant le statut général des officiers d’active des Forces Armées, le Capitaine Dièye a formulé une demande de disponibilité le 09 février 2017 alors qu’il servait au 25ème bataillon de Reconnaissance et d’Appui à Bignona en Casamance. »

Le capitaine a « Sans attendre l’aboutissement du traitement de sa requête (…) délibérément choisi d’abandonner son unité à Bignona pour se rendre sur la Petite côte, à Mbour ». Il « y travaillait pour le compte d’une société privée, selon la même source, où il a été « sommé de rejoindre son unité ». C’est ainsi qu’au bout de six jours d’absence, il a été « porté déserteur à arrêter et à ramener au corps le 17 avril 2017 en application de l’article 107 du 27 mai 1994 portant code de justice militaire. »

Le Capitaine Dièye pourrait-être radié
« Dans tous les cas, la disponibilité n’a pas un caractère de départ définitif. Compte tenu de la nature et de la gravité des fautes commises, le Capitaine Dièye fait l’objet de sanctions disciplinaires conformément aux dispositions contenues dans les articles 80 et 97 du décret 90-1159 portant règlements de discipline générale des forces armées. Ceci n’exclut pas l’application de sanctions statutaires, notamment, la traduction devant un conseil d’enquête en vue de sa radiation. »

Par ailleurs, le Capitaine « déserteur » n’a pas eu raison de parler de « pratiques peu catholiques » à l’encontre de l’armée car étant toujours dans le corps. « De surcroît, faisant fi du devoir de réserve inhérent à son statut d’officier et aux dispositions de la loi 71-0024 du 6 mars 1971 relative à l’exercice des droits civiques et libertés publiques par les militaires des forces armées et les assujettis au service de la défense et au service civique, le Capitaine Dièye s’est engagé dans une campagne de dénigrement des armées marquée par la tenue de propos séditieux à travers les réseaux sociaux ».

Afrikmag

Vous allez aimer lire ces articles

Soudan du Sud: Kiir et Machar en Ethiopie pour parler de paix, une première en 2 ans

Cameroun: 81 militaires et policiers tués, annonce d’un plan d’urgence

Tchad: un procureur menacé après deux assassinats au tribunal

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct