Malijet.co

Sénégal, Maltraitance des enfants : Macky Sall esquive, l’Eglise cogne

Alors que le Président Macky Sall esquive la brûlante question de la maltraitance des enfants qui continue de secouer le Sénégal, l’Eglise, par la voix de Monseigneur Benjamin Ndiaye, Archevêque de Dakar, n’y est pas allée de main de morte, en se portant volontiers avocat des enfants.

« Il est grand temps, pour notre pays, de dépasser les actions symboliques, pour oser mettre pleinement en pratique nos bonnes intentions à l’égard des enfants. Car une société qui sait prendre soin de ses enfants se forge un mental fort pour mieux s’occuper des plus petits, des plus faibles et des plus pauvres ». C’est en ces termes que Monseigneur Benjamin Ndiaye, Archevêque de Dakar, a dit la pensée de l’Eglise sénégalaise, s’agissant de la brulante question qui secoue le Sénégal depuis bientôt un mois. Dans son message de Noël, l’Archevêque de Dakar prie pour que les enfants qui naissent à la vie « soient bien accueillis, aimés, soignés et respectés ».

« Que le don de la vie reçue de Dieu s’épanouisse pour vous en bonheur impérissable ! Que les enfants qui naissent à la vie soient bien accueillis, aimés, soignés et respectés. Car, c’est beau la vie, et c’est un don de Dieu, le don même par excellence !… Que les enfants qui grandissent ne soient plus maltraités, exploités, violés, mais éduqués avec amour et tendresse, pour qu’ils puissent s’épanouir pleinement (…) », a renchérit Mgr Ndiaye pour qui, Noël « c’est la fête de la Vie donnée et reçue, l’accomplissement d’une longue attente, le bonheur d’une présence divine vivifiante et la promesse d’une croissance heureuse ».

L’Archevêque de Dakar, qui a prêché pour une « nouvelle conscience humaine et citoyenne qui ‘nous ouvre les oreilles aux appels des hommes qui souffrent ; nous ouvre les mains pour partager avec les plus pauvres ; nous ouvre le cœur pour vivre le pardon et la réconciliation ; nous mette en chemin à la rencontre de l’autre, au-delà de la parenté, de l’ethnie, de la race, de l’appartenance politique ou même religieuse », insiste que « notre recherche de bien-être ne doit pas chasser notre devoir de mieux-être et ne doit pas nous fermer les yeux sur les nombreux blessés de la vie dans notre société ».

Ce message de l’Archevêque de Dakar intervient quelques jours seulement après le scandale sur les enfants retrouvés enchaînés dans une école coranique, à Coki, région de Louga (nord du Sénégal), alors que le maître coranique impliqué ainsi que ses co-accusés ont été libérés après quelque cinq jours de détention. Ils ont tout juste écopé d’un sursis de deux ans. Ce qui paraît troublant dans ce scandale qui continue d’alimenter les débats au Sénégal, c’est le fait que le garant de la Constitution et des libertés individuelles, le Président Macky Sall notamment, n’a jusqu’ici pas abordé cette question qui a pourtant fait reculer le Sénégal au rang des nations regardant sur la question des droits de l’Homme.

AFRIK

Vous allez aimer lire ces articles

TCHAD Insécurité : Les forces de sécurité impuissante face à la hausse de criminalité dans la capitale.

Libye : Deux soldats turcs tués

Égypte: l’ancien président Hosni Moubarak est mort

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct