Voici pourquoi les dirigeants africains refusent de renoncer au pouvoir

Ce n’est pas un secret que certains dirigeants africains sont enclins à rester longtemps au pouvoir. L’attrait de la richesse combiné à des tendances despotiques ont joué contre les souhaits de la majorité en Afrique. L’introduction de la démocratie multipartite en Afrique n’a pas complètement changé le paysage politique pour modifier de manière significative les attitudes des dirigeants africains en matière d’accumulation du pouvoir. 

Le continent regorge de dirigeants qui sont restés trop longtemps au pouvoir. Certains de ces dirigeants ont été évincés par des pressions internes et externes. Par exemple, le héros de l’indépendance du Zimbabwe, Robert Mugabe, a été évincé par un coup d’État militaire en novembre 2017. Il dirigeait le Zimbabwe depuis son indépendance en 1980 et présidait une économie en chute libre.

Le Soudanais Omar al-Bashir a connu le même sort lorsqu’il a été évincé par un coup d’État militaire en 2019. Le Tunisien Zine el-Abidine Ben Ali a été évincé en 2011. Il dirigeait la Tunisie depuis 1987.

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo est le président de la Guinée équatoriale depuis 1979. Il a pris le pouvoir par un coup d’État militaire et a acquis une certaine notoriété grâce à une corruption flagrante. Le Camerounais Paul Biya est le plus vieux dirigeant d’Afrique. Ayant pris ses fonctions en 1982, il est aujourd’hui un dirigeant pour la plupart absent. Yoweri Museveni, l’actuel président de l’Ouganda, est à la tête du pays depuis 1986. Denis Sassou Nguesso est le président de la République du Congo depuis 1997. Idris Deby est le président du Tchad depuis 1990. Jose Eduardo do Santos a dirigé l’Angola de 1979 à 2017 avant de passer le flambeau à João Lourenço.

De nombreux dirigeants en Afrique refusent d’abandonner le pouvoir en raison de l’absence de plans de succession élaborés. C’est le cas de Robert Mugabe qui n’a pas réussi à établir un plan clair de démocratie interne (au sein du ZANU-PF, le parti qu’il a cofondé). Lorsqu’il n’y a pas de plan de succession clair, les rivaux au sein du parti trouvent une occasion pour monter au pouvoir.

D’autres dirigeants despotiques sont au pouvoir dans le but d’accumuler le plus de pouvoir possible. Ils deviennent dépendants du pouvoir. La vie sans pouvoir devient grotesquement inimaginable. S’éloigner du pouvoir les laisse à la merci de la justice. Par exemple, les enfants de José Eduardo dos Santos (dont Isabel dos Santos – la femme la plus riche d’Afrique) sont accusés d’avoir amassé des milliards pendant le règne de leur père.

L’effet magnétique de la richesse a maintenu les dirigeants africains fermement collés à leurs positions. Rien ne les effraie, car ils emploient des tactiques grossières pour neutraliser leurs adversaires afin de rester proche de la richesse. C’est un cas de capitalisme qui a mal tourné. Les dirigeants africains ont occupé des postes capitalistes auparavant détenus par des colonisateurs blancs, et ce faisant, ils sont devenus hostiles aux exigences de leurs citoyens.

Le pouvoir donne aux dirigeants africains une proximité sans entrave avec la richesse. S’accrocher à ce pouvoir, c’est accumuler le plus de propriété privée et de profits. Plus ils le font, plus ils se sentent à l’aise dans leur position. Lorsqu’ils se sentent menacés, ils déploient les forces de sécurité, c’est-à-dire la police et l’armée, pour réprimer toute dissidence qui se présente. L’accumulation du pouvoir va de pair avec l’accumulation de la propriété privée.

Ainsi, les forces de sécurité servent à protéger la propriété privée de l’élite, de la classe dirigeante. Cette affinité pour l’accumulation d’une propriété privée infinie est enracinée dans la façon dont les dirigeants africains cherchent à imiter les grands capitalistes du Nord et de l’Est. Mais ils ne peuvent le faire qu’en pillant les fonds publics, et en s’associant avec des hommes d’affaires pour escroquer les consommateurs afin que l’État et les capitaux privés profitent tous deux des biens publics.

Lorsque les dirigeants africains recourent à la rhétorique révolutionnaire (puisque la plupart d’entre eux ont participé aux luttes de libération), alors que leurs peuples souffrent d’une immense inégalité, ils le font pour consolider leur droit aux richesses du pays. De cette façon, ils monopolisent toutes les richesses à des fins privées. Et cela leur donne l’élan nécessaire pour continuer à s’accrocher au pouvoir.

De manière inhérente, le capitalisme crée une société individualiste qui vénère les marchandises pour la plus-value (les profits). Il intensifie la lutte des classes au quotidien – les classes supérieures et moyennes gagnent mieux que les classes inférieures. La classe supérieure s’appuie sur la protection de l’État pour continuer à faire des profits aux dépens des classes inférieures.

Les dirigeants africains se sont imbriqués dans les classes d’élite, et moins dans la classe ouvrière (ils ne sont bienveillants envers les classes ouvrières que pour obtenir des voix afin qu’elles restent au pouvoir et continuent à dîner avec la classe d’élite – le capital mondial et local).

On pourrait également affirmer que le type de démocratie poussé en Afrique par les pays du Nord ne fonctionne pas efficacement dans tous les pays africains. Peut-être les Africains doivent trouver leurs propres solutions en matière de gouvernance, qui n’imitent pas nécessairement celles des pays du Nord. Cela ne veut pas dire que la démocratie n’est pas pertinente, car sans démocratie, il y a le chaos et la domination de dangereuses tendances autocratiques.

Publicité 2

Les dirigeants africains doivent revenir à un fort sentiment de panafricanisme afin de pouvoir obéir à leurs propres Constitutions (stipulées avec des limites de durée raisonnables). Depuis de nombreuses années, les dirigeants africains sont tombés dans le piège de l’avancement des programmes capitalistes pour des raisons égoïstes. L’approche de la politique et de l’économie centrée sur les personnes a été abandonnée. Les dirigeants africains sont désormais de connivence avec le capital mondial, de sorte que leur proximité avec la richesse reste intacte.

Les électeurs africains semblent comprendre ce système et se mettent peu à peu en ordre de bataille afin de demander des comptes à leurs dirigeants. Cela devrait aller au-delà des frontières afin qu’il y ait une solidarité intercontinentale visant à former un leadership responsable – un leadership qui écoute d’abord la voix des communautés avant de s’occuper de leurs penchants capitalistes.

Les partis politiques en Afrique doivent être dotés de structures démocratiques claires au sein des partis. Cela favorisera à son tour une conscience nationale de la bonne démocratie. Cette démocratie doit avoir le peuple à cœur et garantir que la volonté du peuple est écoutée avant toute chose.

Dailymaverick

Vous allez aimer lire ces articles

Que devient Pascal Feindouno, « Zidane Africain » et ancien phénomène du Syli National ?

Algérie : Arrestation d’un terroriste libéré lors de la libération de Soumaila Cissé et Sophie Pétronin

Algérie : un des djihadistes libéré au Mali capturé à Tlemcen

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct