On les a déjà mises sur la liste noire des personnes de mauvaises moralités. Et cette action de l’une d’entre elles n’est pas faite pour arranger les choses. Elle a poussé trop loin le bouchon.

fille femme ménage bonne servante confidence viol violence pedhophile

Désormais des employeurs feront beaucoup attention à la moralité d’une servante avant de l’engager. Ce que vient de faire l’une d’entre elles donne à réfléchir plusieurs fois avant de sollicter leur service. Piller la maison de son patron et diparaître avec tous ses biens. C’est la nouvelle trouvaille des filles de ménage.

Kouakou Amoin Larissa, fille de ménage, employée chez N. F. medecin domicilié à Bingerville s’est enfuie avec tous ses biens. La servante a profité de l’absence de ses patrons pour vider la maison emportant tout sur son passage. Elle avait été proposée par une agence de placement de personnel de maison, le samedi 11 avril 2015.

Une fois à la maison, ses attitudes montrent qu’elle est une fille dévouée pour le travail. En fait tout ça n’était qu’une mise en scène bien élaborée par la jeune fille.

Le matin du lundi 13 avril 2015, la jeune servante est toujours à la tâche pour mériter son futur premier salaire de servante. Comme c’est un jour ouvrable, toute la famille sort de la maison. Papa et maman au travail, les enfants à l’école. Larissa est donc seule à la maison.

Mais aux alentours de midi, le couple, frappé par un deuil quelques jours avant, rentre plutôt que prévu à la maison. Monsieur et madame en rentrant tombe sur scène insolite. Difficile à imaginer ce qui se présente sous leurs yeux.

La porte de la chambre principale est défoncée à l’aide d’un pilon. Les coffrets de bijoux d’une valeur marchande de plusieurs millions de F Cfa sont vides, les flacons de parfum, les tubes de pommade, les chapelets argentés, trois téléphones portables, des ceintures, des sacs, un important lot de vêtements appartenant à la fille aînée du couple, des pagnes Kita, des paires de chaussures, le réfrigérateur d’aliments, des plateaux d’œufs et de la boisson…et la somme de 160 000 F Cfa ont été emportés par les voleurs.

Le couple stupéfait par la scène s’inquiéte pour sa servante qu’il ne voit pas dans la maison. Lorsqu’il informe le voisinage de ce qui vient d’arriver, il se rendra compte qu’il a été victime de la méchanceté de sa servante qui s’était présentée comme une ange.

Le medecin et sa femme apprendront de ce qu’une demi-heure environ après qu’ils sont sortis, Kouakou Larissa a été aperçue, quittant la maison avec un gros bagage sur la tête.

C’est claire, la voleuse c’est elle. Le couple porte plainte au commissariat de police de Bingerville, et informe la maison de placement située à Abobo.

Le même jour, aux environs de 19h, « La borniche » est appréhendée au quartier « Avocatier », à Abobo. Sur elle, une bonne partie de son butin. Elle sera conduite sur la scène de crime pour répondre de ses actes. Une fois à Bingerville, la jeune voleuse échappe à un lynchage d’une foule en colère.

Après un passage à l’hôpital général de la ville, le lendemain mardi 14 avril 2015, le medecin et sa « voleuse » se rendent à Adjamé où elle dit avoir remis une partie du butin à un alcolyte. Mais ce n’était que pure distraction.

Finalement, le medecin décide de laisser partir la gamine, sans être poursuivie, puisqu’elle n’arrive pas à indiquer où elle a mis le reste des biens.

Une fin heureuse donc pour une voleuse qu’on dit être une récidiviste.