Page noire : L’ancien Président du Mali, Moussa Traoré, est mort hier

Le Général Moussa Traoré, l’ancien dictateur, qui a régné sur le Mali durant plus de 22 ans, est décédé hier, mardi 15 septembre 2020, a annoncé sa famille. L’information a été confirmée par le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) qui, dans un communiqué, a présenté « ses condoléances les plus attristées à sa famille durement éprouvée, à l’ensemble du Peuple malien et prie pour le repos éternel de son âme. » Il était âgé de 83 ans.

En novembre 1968, un petit groupe de militaires, dirigés par le lieutenant Moussa Traoré, renverse le président Modibo Keita, en poste depuis l’indépendance en 1960. Un gouvernement provisoire est formé avec l’intention d’assainir « la situation sous tous les plans », notamment en instaurant des réformes démocratiques. Mais Moussa Traoré va diriger le Mali, de 1963 à 1991, d’une main de fer. Moussa Traoré ne tolère aucune contestation. Il n’hésite pas à assassiner ses opposants ou à les enfermer dans la tristement célèbre prison de Kidal. De nombreux opposants sont contraints à l’exil pour échapper à la mort.

Le 26 mars 1991, le dictateur Moussa Traoré est chassé du pouvoir après avoir dirigé le Mali durant plus de 22 ans sous la terreur de l’armée et de son parti unique l’ Union démocratique du peuple malien (UDPM). Un groupe d’officiers met en place un « Comité de transition pour le salut du peuple » dirigé par le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré (ATT).

Moussa Traoré est arrêté et condamné à mort en 1993. Il est gracié en 2002 par Alpha Oumar Konaré et depuis cette date, il était libre de tout mouvement. La dernière apparition publique de l’ancien président Moussa Traoré remonte au 30 août dernier. Ce jour-là , il recevait les responsables du Comité national pour le salut du peuple( CNSP) qui a renversé le pouvoir d’Ibrahim Boubacar Kéïta. « Ces jeunes colonels sont mes enfants. J’ai donné des conseils à mes enfants qui sont des officiers qui dirigent le pays. Selon mon expérience et les fonctions que j’ai occupées, je leur ai dit les erreurs commises et ce qu’il faut éviter. J’espère qu’ils ont compris et qu’ils éviteront ces erreurs de manière à ce que le Mali soit sur le droit chemin. Je n’ai jamais désespéré de mon pays. Je l’affirme, il y a eu trop de gâchis mais il y a encore parmi nous des patriotes. Ces patriotes-là, ils vont les faire sortir pour mettre le Mali sur ses jambes », a -t-il déclaré au micro de nos confrères de l’ORTM.

M.K. Diakité

Source: Journal le Républicain-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Chronique du Mali : La transition, Le Drian, le dialogue inter-maliens et les djihadistes

Poursuite judiciaire contre les travailleurs des administrations : Le SYNTADE dénonce le harcèlement de ses militants

Caricatures du prophète en France : Le Haut Conseil Islamique appelle à un rassemblement aujourd’hui à la grande mosquée de Bamako

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct