Au moment où le 3e congrès de l’Association des amis de la culture peulh connue sous le nom de Tabital Pulaaku devrait se tenir ce week-end, des divergences sont perceptibles entre les acteurs.

president association peule amadou cisse

À la faveur d’une conférence de presse animée jeudi 9 avril 2015 à la Maison de la presse, les frondeurs, Hamboye Tamboura, Nouhoum Cissé et Gouro Diall, tous membres de  Tabital Pulaaku, ont fait part de leur indignation face aux multiples irrégularités constatées dans son fonctionnement. «Cette crise est née de l’abandon de certains responsables et de leur  volonté de récupérer l’association pour ceux  qui font partie des responsables  qui l’ont anéantie au cours du mandat 2010/2014 par une gestion obsolète. Pour ce faire, certains responsables ont décidé de tenir un congrès alors que les rapports d’activités ne sont pas disponibles. D’autres sont d’accord pour la tenue mais  après que tous les rapports d’activités aient été faits et approuvés », a expliqué Gouro Diallo, le principal conférencier.

Selon lui, après plusieurs tentatives de rapprochement de point de vue entre les uns et les autres, les sages ont demandé que le congrès se tienne avec les documents appropriés. Pis, ces sages demandèrent au Secrétaire général et à son adjoint de rédiger ce rapport à partir de certains rapports sectoriels peu fiables et qu’il faut absolument redresser. Ainsi, dans leur travail de centralisation de ces rapports sectoriels, ils relevèrent beaucoup de points incompréhensibles. Le relevé de ces points ayant été transmis au président du bureau sortant, le député et ancien ministre, Amadou Cissé dit Djadjiry pour traitement et du coup le secrétaire général adjoint fut surpris du refus catégorique  de les traiter.

Les points de divergence

Au nombre des points de divergence,  il y a  le refus catégorique du président sortant et de ces deux vices-présidents à traiter  certaines informations. Ici, fera remarquer M.Diall, au moment où le congrès devrait se tenir, aucun des rapports ne mentionne le programme d’activités et le budget de la commission pour permettre la comparaison.

Aussi, la plupart des  rapports des commissions n’a pas  mentionné ses membres au complet, alors que la connaissance de ceux-ci est indispensable pour la crédibilité du rapport final. Sans oublier l’exigence d’identifier certains  membres du bureau dont les noms sont cités dans la malversation du Titre Foncier de Tabital Pulaaku International. Une affaire n’ont encore élucidée. Pire,  la situation du TF n’est mentionnée dans aucun rapport. Un autre point qui divise, c’est le fait que certains rapports ne déclarent pas le déficit ou l’excédent de leur activité, c’est le cas de la commission ad hoc et la radio FM.

Les frondeurs dénoncent le fait que la  cotisation des Maliens résidents à Libreville au Gabon pour 18 500 000  F CFA destinée au perfectionnement de la radio FM n’est toujours pas élucidée auprès du Bureau exécutif de l’association.  En outre, les membres de l’association ne comprennent pas le fait que le  rapport de la commission ad hoc ne rapporte pas l’expression financière de la participation des partenaires comme la Minusma, le HCR, la GIZ, et la Coopération française. Des raisons suffisamment objectives, selon eux, pour désavouer la tenue du 3e congrès prévu ce samedi au CICB.

  1. Diakité

Source: Autre presse