L’hôtel Salam a abrité les travaux de la réunion du Comité Afrique de l’International Socialiste sur le thème: “sécurité, démocratie et développement pour les peuples d’Afrique”. Cette réunion, tenue les 10 et 11 avril 2015, était initiée par les partis Rassemblement Pour le Mali (Rpm) et l’Adéma-pasj.

La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence de Emmanuel Golou, président du Comité Afrique de l’International Socialiste. Celui-ci avait à ses côtés le président par intérim du parti Rpm, Dr. Boulkassoum Haïdara, le président par intérim du parti Adéma-pasj, Pr Tiémoko Sangaré, ainsi que plusieurs personnalités nationales et internationales.

Le choix de Bamako pour abriter une telle rencontre prouve l’engagement et la volonté d’accompagnement de la communauté internationale en faveur de notre pays sur le plan de la justice, de la solidarité et de la sécurité, afin d’assurer les libertés et les droits par la démocratie. C’est pourquoi le thème choisi pour cette rencontre est une illustration éloquente de la volonté d’apporter et de contribuer à la meilleure qualité possible de réponses idoines et durables aux difficultés auxquelles sont confrontés notre pays et les zones sahariennes.

Le président par intérim du Rpm, Dr. Haïdara, a indiqué que la tenue d’une telle rencontre au Mali est une initiative qui marque la considération pour notre pays, et elle se tient dans un contexte peu particulier au Mali. Ces assises marquent la réalisation de la justice, la paix et solidarité novatrice du développement, en affichant plus de soutiens mémorables pour notre pays.

Quant au président par intérim de l’Adéma, Pr. Tiémoko Sangaré, il a adressé ses mots de remerciement à l’endroit de la communauté internationale et réaffirmé le soutien de so parti aux actions du président de la République du Mali. A ses dires, ces assises constituent sans doute la contribution de la communauté internationale à appuyer notre pays dans les domaines de la sécurité, de la démocratie et du développement.

En évoquant les maux, et leur cause, qui rongent et l’Afrique et le reste du monde, le président du Comité Afrique de l’International Socialiste, Emmanuel Golou, a indexé l’absence de politique de lutte contre le terrorisme sur le continent africain. Il a souligné la nécessité de créer un fond spécial pour la sécurité en Afrique. En outre, il a lancé un appel à un effort collectif continental pour soutenir les forces d’intervention et les pays. Aussi a t-il souligné que la mutualisation des efforts des États africains et les institutions commerciales pour la création d’une taxe demeure une piste qui peut être envisagée pour renforcer le ton.

Cette réunion a permis aux experts de dégager les stratégies visant à concilier la triptyque sécurité-démocratie-développement. Selon Emmanuel Golou, la démocratie reste la locomotive pour sortir le continent africain de ses souffrances. Enfin, le président du Comité Afrique a invité les dirigeants africains au respect scrupuleux des dispositions constitutionnelles en lien au mandat présidentiel, pour le raffermissement de la démocratie pour une Afrique émergente.

Aboubacar BERTHÉ

 

Source: Soir de Bamako