Les Mouvements de la Plateforme du 14 juin 2014 d’Alger ont suivi avec une grande consternation les propos tenus par Me Harouna Toureh, en leur nom à Gao, en langue nationale Songhoï.

Ces propos qui contredisent totalement la ligne de conduite de la Plateforme amènent à mieux comprendre les grandes discordances qui opposent depuis un certain temps Me Harouna Toureh et le reste de la CMFPR d’une part et d’autre part d’avec la Plateforme toute entière qui l’ont d’ailleurs toutes deux déchargé de sa fonction de porte-parole.

La Plateforme en déduit que les choses sont maintenant claires et que le point de non retour est atteint par Me Harouna Toureh qui après avoir largement contribué à créer et entretenir la crise au sein de la Plateforme rejoint aujourd’hui ses commanditaires pour la soit disante création d’un front commun pour sécuriser les populations, toutes choses dont Me Harouna Toureh ne s’était jamais soucié au sein de la Plateforme.

Nous laissons à l’opinion publique l’appreciation de ses déclarations sur le niveau de la sécurité à Kidal.

Toutefois la Plateforme confirme que Me Harouna Toureh agit en solitaire et ne saurait en aucun cas engager la Plateforme qui ne le reconnait plus comme porte parole.

La Plateforme réitère son engagement de poursuivre la mise en oeuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger avec tous ceux qui sont honnêtement engagés.

Bamako, le 24 septembre 2019.

Pour la Plateforme

Le porte-parole

Moulaye Ahmed Ould Moulaye

Source: Malijet