Malijet.co

Le Mali entre Procuste et Thésée

La mythologie grecque nous a livré la légende d’un personnage sinistre et presque démoniaque Damastèse plus connu sous le nom de Procustre « l’égaliseur » ou encore « le dompteur ». Pour ceux qui ne le connaissent pas encore Procuste était un brigand féroce vivant dans les environs de Pegaze. Il avait dans sa demeure deux lits : un grand et un petit . Chaque fois qu’il constituait des voyageurs prisonniers qu’ils détroussait, il les obligeait par la suite à se mettre sur un lit. Les grands sur le petit lit et il leur coupait les membres qui dépassaient et les petits sur le grand lit qu’il étirait à volonté, ce faisant,il s’érigeait en justicier égalisateur qui ne supportait aucune différence de taille entre les humains.

 

Pourquoi cette illustration peu ragoûtante et le parallèle avec l’actualité du Mali?

L’organisation dans des conditions révoltantes des examens du BAC et du DEF de façon sélective sur le territoire national en est la cause principale. Une année scolaire catastrophique sauvée en catastrophe dans un pays divisé en deux. D’une part les quelques privilégiés qui ont la chance de fréquenter des écoles privées qui n’ont pas connu les grèves interminables des enseignants pendant toute l’année scolaire et d’autre part les laisser-pour-compte de l’enseignement public et de l’éducation nationale qui n’ont presque pas connu un bon mois de cours discontinu pendant toute l’année à cause de la grève la plus longue des enseignants . Le plus important est de sauver l’apparence, sauver l’année scolaire au prix d’un compromis sur la qualité de l’enseignement donné aux enfants.

On a deux mondes qui se font face sans trop bien se connaître en réalité et qui sont séparés par le fossé des niveaux de connaissances, les fils de bourgeois et la plèbe carnassière , « les fantanden qui vivent dans des fantankin » comme aimait à le dire feu Me Abdoulaye G TAPO.

Une vidéo « micro trottoir » a fait le buzz récemment, des candidats au BAC incapables de prononcer une seule phrase en français et qui préfèrent s’exprimer en bambara et pour réclamer publiquement « le droit de copier » il faut le dire clairement le droit de les laisser tricher aux examens parce qu’ils n’ont pas étudié, voilà la triste réalité. Il est évident que ces deux mondes ne peuvent plus rivaliser. Et pourtant, ils sont mis en concurrence, ils vont composer ensemble, competir ensemble sur un pied d’égalité comme s’ils avaient eu les mêmes chances parce qu’un État -Procuste insouciant en a décidé ainsi. Cet État qui n’a d’égard que pour les puissants s’est efforcé, en réalité, de sauver l’année scolaire pour les riches, pour tous ces enfants de fonctionnaires dont la scolarité payée à prix d’or dans des instituts privés ne peut tomber en perte et profit. Eux, ils ont eu une année pleine et « lumineuse » à l’opposé de ceux qui n’ont connu que les ténèbres du boycott des cours. Quitte a étiré l’année en égalisant celle des pauvres qui n’ont même pas le 1/3 du programme annuel qui leur est assigné.

Et pendant ce temps l’égoïsme se couvre d’imbécilité dans la cité. La société toute entière s’affole et se déchire dans une querelle de courtisanes entre celles qui se couvrent d’or et distribuent des millions de francs CFA à la vitesse de l’éclair et toutes les autres anonymes qui se font fans et soutiennent telle ou telle idole qu’on cherche à imiter et singer dans une bêtise généralisée. Tout se passe comme si un grand Procuste égalisateur est à l’œuvre, chacun snapchate sa pseudo sweet life, chacun vit son rêve mondial , son mariage mondial où le couple élu se livre à une exhibition obscène importée du Nigeria devant des parents hilares. Et c’est pareil pour tout, un baptême, un fête d’anniversaire, un dîner ou un simple gâteau et parfois même des selfies pris dans des toilettes mondiales des grands hôtels.

Avec tous ces exemples , on saisit mieux comment les Gouvernants ont intérêt à ce qu’on «Procustent » avec nos esprits.Faire oublier l’essentiel pour faire passer la pilule du mauvais résultat scolaire qui se profile à l’horizon. Il faut égaliser à ce niveau, repêcher les plus possibles de candidats jusqu’à 7 ou 6 de moyenne générale pour contenter et flatter l’ego des parents d’élèves. Peu importe qu’ils sachent lire ou écrire , il suffit que le grand Mali ait ses bacheliers , ses maîtrisards et ses licenciés , des diplômés analphabètes puisqu’on en a rien à faire. C’est le nombre qui compte , de la poudre aux yeux. On a l’impression que nos gouvernants contrairement à l’élitisme qui prévaut dans les pays voisins veulent tout simplement raccourcir nos esprits et mettre tout le monde au même niveau, le plus bas possible, pour mieux nous dompter.

Mais la légende raconte que Procuste, l’égalisateur connut lui aussi une fin tragique. Il fut tué sauvagement par Thésée , le fils d’Apollon, celui-là même qui tua le minautore un monstre fabuleux , mi homme mi taureau qui semait la terreur dans la Grèce antique.

Espérons qu’un Thésée à la malienne viendra délivrer la société malienne livrée à son triste sort.

Me Alassane Aldior DIop

 Figaro Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Mali, un piège sans fin ?

Tribune libre: «Non, il n’y aura pas de nouvelle guerre froide en Afrique »

COUP DE GUEULE : Des lâches plumés par les «cols blancs» de la démocratie

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct