Supposé être sous le coup d’un mandat d’arrêt international, Algabass Ag Intalla, le chef du Haut conseil de l’unité de l’Azawad (HCUA) est pourtant en déplacement aux USA. Des interrogations tout de même.

Selon plusieurs médias, une délégation des ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) séjourne aux Etats-Unis. Dirigée par Algabass Ag Intalla, la délégation comprend également Bilal Ag Cherif et d’autres responsables des groupes armés.

Algabass Ag Intalla, leader of the Ansar Dine delegation, arrives to attend a mediation meeting with members of the Malian government and the Azawad National Liberation Movement (MNLA) Tuareg rebellion, hosted by the Burkina Faso President, in Ouagadougou, on December 4, 2012. Delegations from the Malian government and two rebel groups from the country’s vast north held their first talks Tuesday to seek an end to the crisis that has split the west African the country in two. Burkina Faso President Blaise Compaore, west Africa’s top mediator for the crisis, hosted the meeting in Ouagadougou, and brought together a Malian government delegation with representatives of Ansar Dine (Defenders of the Faith), one of the Al-Qaeda-linked Islamist groups occupying the north, and the Azawad National Liberation Movement (MNLA), which is fighting for an independent homeland for the Tuareg people. AFP PHOTO / AHMED OUOBA

Dans l’agenda de la délégation, il est prévu une rencontre avec les membres du Conseil de sécurité de l’ONU afin de faire part de leurs observations sur l’avancée du processus de paix. Ce déplacement au pays de l’Oncle Sam n’est pas le premier pour les ex-rebelles.

Dans un passé récent, ils ont répondu à l’invitation de l’ONG Independant Diplomat. La structure en question basée aux Etats-Unis, nous dit-on, s’efforce, entre autres, d’apporter des conseils diplomatiques et stratégiques aux acteurs non étatiques.

A New York, les ex-rebelles présentent à nouveau la liste de doléances qu’ils avaient déjà partagées au Conseil de sécurité lorsque celui-ci s’était rendu au Mali en octobre 2017.

Véritablement, il sera question de l’opérationnalisation des camps militaires communs (MOCs) de Kidal et Tombouctou, le retour des réfugiés ou encore le recensement des populations du Nord.

Cas du mandat d’arrêt

Le déplacement des ex-rebelles aux USA met fin à la vive polémique du mois de septembre 2017 sur les raisons ayant conduit à l’annulation du voyage que devait effectuer le leader du HCUA, Algabass Ag Intalla aux USA. Il devait faire partie de la délégation malienne à la 72e session de l’Assemblée générale des Nations unies en compagnie d’IBK.

Des raisons évoquées en son temps, on parlait des forts soupçons sur Algabass notamment ses rapports avec le terroriste Iyad Ag Ghaly. Certaines avaient même évoqué l’existence d’une liste où le nom d’Algabass Ag Intalla ainsi que ceux de plusieurs autres leaders de l’ex-rébellion figurent et ne sont pas admis à se rendre dans des pays occidentaux.

Qu’est-ce qui a pu se passer de septembre 2017 à nos jours pour que ce mandat d’arrêt annoncé puise  être annulé et que les responsables des ex-rebelles deviennent subitement fréquentables ? C’est une équation à plusieurs inconnus.

Alpha Mahamane Cissé

Source: L’indicateur du Rénouveau-Mali