Au moins 19 soldats ont été tués et cinq autres blessés dans une attaque dans le centre du Mali, selon l’armée malienne. Les assaillants ont endommagé ou emporté du matériel.

Une attaque a fait au moins 19 morts et cinq blessés parmi les soldats de l’armée malienne dans le camp de la gendarmerie de Sokolo, dans la région de Ségou, a annoncé dimanche 26 janvier l’armée malienne.

​Selon le journal d’information Mali Actualités, qui fait état de 20 morts, les «terroristes sont arrivés à motos. Ils étaient très armés. Ils sont rentrés dans le camp de Sokolo. Ils ont emporté beaucoup de matériel».

​L’agence France-Presse (AFP) avait précédemment annoncé qu’au moins 15 gendarmes avaient été tués dans une attaque attribuée aux djihadistes contre le camp militaire de Sokolo.

«Ils sont arrivés à 05h00 du matin (UTC et locales). Ils ont coupé la retraite des gendarmes. Les coups de feu ont cessé à 07h00 du matin», a annoncé un habitant de Sokolo, Baba Gakou, cité par l’AFP.

L’identité des assaillants n’a pas encore été déterminée.

Des groupes islamistes liés à Al-Qaïda* et à Daech*, qui opèrent dans cette région, mènent de fréquentes attaques contre l’armée et les civils, rappelle Reuters.

Début janvier, l’explosion d’un engin improvisé sur une route menant à la base d’Alatona, dans le centre du Mali, a causé la mort d’au moins cinq membres des Forces armées maliennes.

Le 25 novembre, 13 soldats français de la force Barkhane sont décédés dans une collision entre deux hélicoptères, lors d’une opération contre des djihadistes au Mali.

* Organisation terroriste interdite en Russie

sputniknews