Bankass : 12 civils et 12 militaires maliens tués dans une double « attaque terroriste »

Du lundi au mardi 13 octobre 2020, dans le cercle de Bankass, région de Mopti, 12 civils et 12 soldats maliens sont morts dans une double attaque contre l’armée. « 9 terroristes ont été abattus » lors de la deuxième attaque, selon l’armée malienne.

 Le poste militaire de Sokoura, dans le cercle de Bankass, région de Mopti, a été la cible d’une attaque « terroriste» dans la nuit du 12 au 13 octobre 2020. Lors des échanges de tirs, 9 soldats maliens sont morts et plusieurs autres blessés, selon l’armée malienne. Un renfort dépêché sur les lieux est ensuite tombé, le mardi matin aux environs de 8 heures 30 minutes, dans une embuscade, qui a fait 3 morts, 10 blessés et des disparus. Lors de l’embuscade, 12 civils dont deux femmes et un enfant sont morts. Ils étaient à bord d’un bus en partance pour la foire hebdomadaire de Bankass. « Côté ennemi 09 terroristes ont été abattus. L’aviation militaire malienne est arrivée sur la zone du pont et a détruit deux véhicules des terroristes. Tous ces bilans sont provisoires. Les évaluations sont en cours.», a indiqué, dans son communiqué, l’armée.

Il y a eu 343 attaques, 375 civils tués, 450 blessés et 93 enlevés durant les trois derniers mois, selon le dernier rapport trimestriel de l’ONU sur la situation au Mali.  «Les civils, toutes communautés confondues, ont continué d’être la cible d’attaques, en particulier dans le centre du Mali. Au 31 août, 343 cas avaient été signalés : 375 civils avaient été tués, 450 blessés et 93 enlevés dans l’ensemble du Mali », précise Antonio Guterres dans son rapport.

Selon le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, la situation dans le centre du Mali reste très préoccupante. Il a aussi ajouté que les milices d’autodéfense et les groupes extrémistes ont continué d’exploiter les conflits intercommunautaires, ce qui a entraîné une violence continue contre les civils et des problèmes de sécurité, touchant principalement les cercles de Bankass, Bandiagara, Douentza et Koro. « La situation en matière de sécurité est restée très préoccupante, les attaques de groupes extrémistes contre les civils et les forces de sécurité nationales et internationales dans le nord et le centre du Mali se poursuivant sans relâche», révèle le rapport.

  1. K. Diakité

Source: Le Républicain-Mali

 

Vous allez aimer lire ces articles

Farabougou : les habitants préoccupés malgré la présence de l’armée

L’affaire Farabougou est beaucoup plus un conflit intercommunautaire qu’une histoire de Djihadistes

Attentat à Bamako : l’auteur présumé aurait été libéré en échange d’otages, dont Sophie Pétronin

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct