Malijet.co

CHASSE A L’HOMME DANS LA COMMUNE DE BANDIANGARA : Le maire dédouane, Dana Amassagou accuse les groupes armés

Le lundi dernier, la commune de Bandiangara a failli se vider de sa population peulh suite à des rumeurs appelant cette communauté à quitter la ville. La ville n’est pas tout à fait vidée de sa population peulh, mais c’est une réalité de constater qu’une partie de cette population était en train de sortir de la ville à la suite des rumeurs leur demandant de partir“, reconnait Housseini Saye, maire de la Commune de Bandiangara.

 

Ce lundi, la communauté peulh de la commune de Bandiangara a vibré au rythme d’une psychose générale. C’est plutôt des rumeurs les appelant à quitter la ville qui en étaient la cause. “La ville n’est pas tout à fait vidée de sa population peulh, mais c’est une réalité de constater qu’une partie de cette population était entrain de sortir de la ville à la suite des rumeurs leur demandant de partir”, nous confirme le maire de la ville, Housseini Saye.

Selon lui, l’origine de cette rumeur n’est jusque-là pas été vérifiée. Mais se dit fondé à croire qu’il s’agit d’une psychose créée de dehors par des groupes armés. “Sinon entre les populations elles mêmes, il n’y a pratiquement rien. Ce sont des populations qui ont vécu en symbiose et qui continuent à s’accepter dans la même harmonie et qui s’apportent mutuellement tout ce qu’il faut dans le cadre d’un bon vivre ensemble”, a-t-il précisé.

Dana Amassagou hors de cause

Depuis lundi, une certaine opinion faisait croire que ces rumeurs de chasse à l’homme venaient de l’état major de la milice Dana Amassagou. Mais le maire de la commune de Bandiangara n’y croit à rien de cela. “Dana Amassagou a apporté un démenti formel, qu’il n’a dit à personne, ni à aucun peulh de quitter la vile. D’ailleurs, c’est leur premier chef qui a fait la déclaration disant qu’ils n’ont rien contre la communauté peulh. Seulement qu’ils ont à faire aux porteurs de mauvais projets c’est-à-dire ceux qui sont en train aujourd’hui de détruire de jour comme de nuit des villages du pays dogon”, nous a confié Housseini Saye.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous allez aimer lire ces articles

Affaire des lunettes de Adama Sangaré : trop de mensonges sont dites et m’obligent à parler de la réalité.

Mali : Des mesures disciplinaires instaurées par la police

Les djihadistes se ruent sur l’or du Sahel, alerte une ONG

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct