Malijet.co

Cheick Soufi Bilal, guide spirituel de la communauté Soufi du Mali : « La gestion de Dicko au HCI nous a déçus ! »

Conformément à une tradition établie, le guide spirituel de la communauté musulmane des Soufis du Mali, Cheick Soufi Bilal non moins 2è vice-président du Haut Conseil Islamique du Mali a tenu à son domicile à Djicoroni Para le jeudi 8 mars une journée de bénédictions  pour la paix dans notre pays. L’événement a enregistré la présence des autorités coutumières, religieuses et politiques ainsi que de plusieurs fidèles musulmans. L’occasion a été saisie par le chef des Soufis de dénoncer les comportements peu orthodoxes de certains leaders religieux en général ainsi que la mauvaise gestion au sein du Haut Conseil Islamique du Mali.

Chapelet au cou, le Coran dans la main et  la verve intacte, Cheick Soufi Bilal, ce jour a imploré la miséricorde divine pour la paix dans notre pays et déploré des agissements qui entravent le vivre ensemble. C’était le jeudi 8 mars, dans l’après midi, à la faveur de sa traditionnelle journée dédiée à la paix pour le Mali sanctionnée par une lecture de Coran et des bénédictions pour le Mali. Cette activité marque le lancement d’une campagne de bénédictions dans tous les  « zawiya »  de la communauté soufi au Mali.

La célébration de cet événement selon Cheick Soufi Bilal, ne relève pas d’un fait du hasard, car le Mali se trouve dans une situation où il a besoin de l’apport de tous ses fils surtout de celui des leaders religieux pour retrouver la paix et la stabilité.

« L’une des armes des leaders musulmans est sans nul doute la bénédiction » a-t-il déclaré. Et d’ajouter que les musulmans ne doivent contribuer sous aucun prétexte à un quelconque acte de déstabilisation du pays.

Selon lui, le Mali est revenu de très loin et n’eut été la bénédiction des ancêtres et des grands érudits, le pays allait sombrer dans le désarroi total. C’est pourquoi il a exhorté davantage les musulmans à contribuer au processus de construction du Mali enclenché depuis 2012, à travers des prières et des bénédictions. Car, dit-il, le Mali était dans cette situation très difficile et y demeure jusqu’à présent. « Communauté musulmane, le Mali est votre chance construisez-le » a-t-il déclaré. Avant d’encourager les musulmans à poser des actes de citoyenneté.

Par ailleurs  le chef spirituel des Soufis du Mali s’est prononcé sur l’immixtion des leaders religieux dans la sphère politique. Une situation, qui  selon lui n’est pas mal en soi, si cela se fait dans le sens de la vérité. Selon lui, certains leaders religieux au Mali se couvrent de leur manteau d’hommes religieux pour s’adonner à leur sale besogne. « Si les religieux deviennent pires que les politiciens cela m’inquiète et me donne envie de ne plus parler » a déclaré le guide spirituel de la communauté des Soufis au Mali.

Partageant son analyse personnelle  sur la conduite des leaders religieux au Mali, il dira que chacun à son parti politique. C’est pourquoi, dit-il, il n’est pas rare de voir des leaders religieux se livrer  en spectacles, ou passe d’armes soit entre eux ou en voulant défendre indirectement un homme politique ou d’en dénigrer un autre. Toute chose, selon Cheick Soufi Bilal qui est contraire aux doctrines de l’islam.

« J’invite les leaders à se ressaisir et revenir au prophète Mohamed » a-t-il déclaré.

Le Haut Conseil à l’agonie !

Dans le développement de sa vision sur la nouvelle conduite des leaders religieux, le 2è vice-président du Haut Conseil Islamique n’a pas manqué de noter sa consternation face à la gestion de cette institution. « Le Haut conseil s’est détourné de sa mission » a-t-il déclaré. Sans manquer d’exprimer son désarroi en ces termes : « Nous avons été déçus de la gestion des affaires de la communauté musulmane par le président du Haut Conseil Islamique ».

Cependant, en sa qualité de troisième personnalité du HCI, Cheick Soufi Bilal a rappelé qu’il est parmi ceux qui se sont battus corps et âme afin que l’actuel président du HCI, Mohamed Dicko retrouve son fauteuil. « Mais la gestion de Dicko nous a déçus et l’espoir n’est plus permis » a-t-il fait entendre.

Visiblement décidé à rompre le silence, Cheick Soufi Bilal dira qu’aucun compte rendu n’a été fait à la base depuis la mise en place du bureau de Mohamed Dicko. Face à cette situation qui ne lui plait aucunement pas, il a tenu à notifier à l’actuel tenant du fauteuil de président du Haut Conseil Islamique de se rassurer de la bonne gestion de son institution avant de se livrer à des dénonciations de la mauvaise gestion d’autrui. « N’utilisons pas la religion pour faire le combat de nos ambitions personnelles non atteintes » a-t-il déclaré.

Aussi, le guide spirituel des soufis a regretté le fait que le Haut Conseil Islamique n’a exprimé clairement aucune demande auprès du président de la République pour la communauté musulmane. « Si cela n’est pas fait pourquoi en vouloir à IBK » s’est-il demandé.

Avant de terminer son intervention, Cheick Soufi Bilal a fait des bénédictions pour le pays et tout le peuple malien, avant de signifier très clairement qu’il ne trahira jamais un non-croyant à fortiori un musulman. D’où sa disponibilité à défendre partout la bonne cause au profit des musulmans du pays

Par Moïse Kéita

Par Le Sursaut

Vous allez aimer lire ces articles

Precampagne: L’ animateur Ras Dial vient d’être arrêté par la police après son émission sur l’escroc dénommé Chouala Bayaya Haïdara alias le YOYOYO et Vieux blén.

Maman Sambo Sidikou : « Les difficultés majeures sont liées à la diffusion des terroristes au sein des populations»

Tiéna Coulibaly, ministre malien de la défense: “personne ne devrait prendre les accusations contre l’armée automatiquement pour du vrai”

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct