Des survivants racontent l’attaque la plus meurtrière au Mali depuis le coup d’État

 Moussa Tolofidié n’a pas réfléchi à deux fois lorsque près de 100 djihadistes à moto se sont rassemblés dans son village du centre du Mali la semaine dernière. Un accord de paix signé l’an dernier entre certains groupes armés et la communauté de la région de Bankass avait largement tenu, même si les hommes armés pénétraient parfois dans la ville pour prêcher la charia aux villageois. Mais en ce dimanche de juin, tout a changé : les djihadistes ont commencé à tuer des gens. « Ils ont commencé avec un vieil homme d’environ 100 ans… puis le bruit des armes a commencé à s’intensifier autour de moi et puis à un moment j’ai entendu une balle siffler derrière mon oreille. J’ai senti la terre tourner, j’ai perdu connaissance et je suis tombé au sol », a déclaré Tolofidié, un agriculteur de 28 ans, par téléphone à l’Associated Press vendredi dans la ville de Mopti, où il recevait des soins médicaux.

Moussa Tolofidié n’a pas réfléchi à deux fois lorsque près de 100 djihadistes à moto se sont rassemblés dans son village du centre du Mali la semaine dernière.

Un accord de paix signé l’an dernier entre certains groupes armés et la communauté de la région de Bankass avait largement tenu, même si les hommes armés pénétraient parfois dans la ville pour prêcher la charia aux villageois. Mais en ce dimanche de juin, tout a changé : les djihadistes ont commencé à tuer des gens.

« Ils ont commencé avec un vieil homme d’environ 100 ans… puis le bruit des armes a commencé à s’intensifier autour de moi et puis à un moment j’ai entendu une balle siffler derrière mon oreille. J’ai senti la terre tourner, j’ai perdu connaissance et je suis tombé au sol », a déclaré Tolofidié, un agriculteur de 28 ans, par téléphone à l’Associated Press vendredi dans la ville de Mopti, où il recevait des soins médicaux.

« Quand je me suis réveillé, il faisait noir, vers minuit. Il y avait des corps d’autres personnes sur moi. J’ai senti une odeur de sang et des choses brûlées et j’ai entendu les sons de certaines personnes qui gémissaient encore », a-t-il déclaré.

 

Au moins 132 personnes ont été tuées dans plusieurs villages de la région de Bankass, dans le centre du Mali, lors de deux jours d’attaques le week-end dernier, selon le gouvernement, qui met en cause le Groupe de soutien à l’islam et les rebelles jihadistes musulmans liés à Al-Qaïda.

 

L’attaque – la plus meurtrière depuis que des soldats mutins ont renversé le président Ibrahim Boubacar Keita il y a près de deux ans – montre que la violence islamiste extrémiste se propage du nord du Mali vers des zones plus centrales, ont déclaré des analystes.

 

Le pays en proie à des conflits lutte contre la violence extrémiste depuis une décennie depuis que les djihadistes ont pris le contrôle des principales villes du nord en 2012 et ont tenté de prendre le contrôle de la capitale. Ils ont été repoussés par une opération militaire menée par la France l’année suivante, mais ont depuis regagné du terrain.

 

L’Associated Press s’est entretenue vendredi avec plusieurs survivants qui s’étaient fait soigner dans un hôpital de Mopti et étaient originaires des villages de Diallassagou, Dianweli et Dessagou. Les gens ont décrit avoir entendu des coups de feu et des djihadistes crier « Allahu akbar », en arabe pour « Dieu est grand », alors qu’ils couraient dans la forêt pour sauver leur vie.

 

Le gouvernement malien a imputé les attaques au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, ou JNIM, qui est soutenu par al-Qaida, bien que le groupe ait nié toute responsabilité dans un communiqué vendredi.

 

Les États-Unis et la France ont condamné les attaques et la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Mali (MINUSMA) a publié une déclaration sur Twitter disant que la violence a fait des victimes et déplacé la population.

 

via AP

 

Source: intellivoire

Vous allez aimer lire ces articles

Résultat du Concours d’entrée au Prytanée Militaire de Kati (PMK) Session de juillet 2022.

Burkina Faso : La CEDEAO « condamne avec la plus grande fermeté la prise de pouvoir par la force qui vient de s’opérer » qu’elle juge « inopportune »

Mali : La CEDEAO intervient pour la libérer des militaires ivoiriens à Bamako

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct