Le Dialogue national inclusif a fait des résolutions importantes. La synthèse de ces recommandations a été faite sous forme de priorités. Il convient de signaler celle qui concerne le dialogue avec Iyad Ag Ghaly et Amadou Koufa.

Parmi ces priorités et au titre du thème, Paix sécurité et cohésion sociale, il faut retenir : le déploiement au plus vite des forces de défense et de sécurité reconstituées sur l’ensemble du territoire national ; l’interdiction des associations à caractère ethnique pour lutter contre les replis identitaires ; le désarmement et la dissolution des milices armées ; la relecture de certaines dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation, selon les mécanismes prévus à l’article 65 dudit Accord. Figure, aussi, parmi ces recommandations : le dialogue avec Amadou Koufa et Iyad Ag Ghali pour ramener la paix au Mali.
Au titre de la rubrique Politique et institutions, il est convenu d’organiser les élections législatives, de réviser la constitution du 25 Février 1992, de relire la charte des partis politiques, pour y intégrer, entre autres, des critères mieux adaptés à la création des partis politiques  et d’améliorer l’action gouvernementale, en réduisant la taille du gouvernement et en renforçant la coordination entre les différents ministères.
Au niveau de la gouvernance, il s’agit de réduire le train de vie de l’État  et de renforcer la lutte contre l’impunité. Il est aussi prévu d’impliquer les femmes et les jeunes aux principales étapes de l’action publique. Dans le domaine social, le DNI  demande d’observer une trêve sociale en raison de la crise nationale aiguë que connait le pays.
Concernant le thème Économie et finance, les priorités sont relatives à la diversification des pôles de développement et à l’atteinte du niveau régional, l’accroissement et la réhabilitation des infrastructures de transport. Il est préconisé de promouvoir la consommation des produits locaux et d’apurer la dette intérieure.
Pour le Financement de l’économie, le DNI a recommandé de créer une Banque Publique d’investissement, en mobilisant, entre autres, les ressources de la diaspora, de promouvoir la finance islamique, d’élargir l’assiette fiscale et de diversifier les sources de recettes budgétaires.

B.D. 

Source: Canard Déchainé