La hiérarchie des Forces défense et de sécurité était face au président de la République, Chef suprême des Armées, Ibrahim Boubacar Keïta pour les présentations de vœux du nouvel an. C’était le moment de communion, d’échanges et de recommandations du président pour les forces de défense afin que la nouvelle année puisse connaitre des moments d’accalmie et de stabilité pour le pays.  La cérémonie a eu lieu, le jeudi 10 janvier 2019, dans la salle des banquets de Koulouba. Une occasion certes pour les chefs militaires de se retrouver pour magnifier leur honneur au chef suprême des armées et aussi pour affirmer leur engagement pour être garant de la sécurité nationale.

Le chef d’état-major général des armées, le général de division M’Bemba Moussa Keïta, s’est adressé au chef de l’Etat tout en égrenant la situation antérieure et le nouveau calendrier qui va permettre de répondre aux  sollicitations du chef suprême. Il a surtout évoqué le cas des frères d’armes blessés et ceux tombés pour la patrie. Il a souhaité au président de la République à sa famille, au chef du gouvernement, aux présidents des institutions, aux membres du gouvernement ses vœux les meilleurs tout en renouvelant l’engagement des FAMa pour la défense de la patrie.Il a souligné au chef la participation de l’Armée de l’air par des vols réguliers dans les localités de Sévaré, Tombouctou, Tessalit, Gao et Kayes et du Génie Militaire pour la mise à disposition de leurs bacs pour la traversée de certaines zones inondées, de la DCSSA pour les actions civilo-militaires à travers des soins dans certaines localités et les autres services pour leurs accompagnements. Il a fait le constat du piège crée par l’ennemi à travers des conflits communautaires. Selon le Général Keïta, le mécanisme opérationnel de coordination est entré dans sa phase opérationnelle à travers le processus d’intégration accéléré dans les régions de Tombouctou, Gao et Kidal. Il a envisagé des formations à l’intention de mise à niveau pour les éléments intégrés. Pour lui, la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM) dans sa première phase a permis des avancées dans l’acquisition des vecteurs aériens, des moyens de mobilités, des matériels et infrastructures sanitaires, des armes individuelles et collectives ainsi que des munitions c’est pourquoi il est accordé à la LOPM 2ème phase, une importance dans sa conception et dans son exécution par le commandement militaire et par ailleurs souhaite sa validation. Il a salué l’accompagnement des partenaires qui ont donné un coup de pouce au Mali. D’autres doléances ont complété l’intervention de CEMGA.  Quant au président de la République, il a renouvelé sa confiance à la hiérarchie en déclarant que tout pouvoir oubliant de mettre l’armée en condition s’oublie et s’expose. Il a félicité les FAMa pour les résultats obtenus durant l’année 2018 qui a enregistré des élections fiables, crédibles, transparentes et sécurisées alors que personne n’y croyait.

Le chef suprême dit avoir noté avec intérêt les déficits évoqués par le CEMGA, déficits dont le bilan doit être fait sans complaisance. Le président a noté que les efforts de la LOPM ne sont pas minces même si des efforts doivent être poursuivis pour rendre l’armée digne de ce nom. Une armée à hauteur de mission est une armée bien formée et bien équipée, conclut IBK. Du confort de l’armée dépend l’avenir du pays. Et le président de rappeler cette image dépenaillée du soldat malien errant çà et là lors du pic de la crise au Nord du pays. Il promet de se sacrifier et de tout mettre en œuvre pour mettre les FAMa dans les conditions.

Reconnaissant les efforts des FAMa en matière de respect des droits de l’homme, le président invite à la cessation des accusations de tous azimuts et sans fondement portées contre les FAMa dont l’environnement d’opération est assez complexe. Un environnement dans lequel à tout moment un inconnu tire sur des militaires qui ne font que se défendre. Malheureusement chaque fois que cela arrive l’on crie à la violation, il est temps que cela cesse a-t-il martelé. Il a poursuivi que le DIH est enseigné dans nos armées et écoles.

L’hôpital militaire a été évoqué comme une priorité par le président.

Fama

Source: Koulouba.com