FRAPPES DE BARKHANE À BOUNTI LE 03 JANVIER DERNIER / LA MINUSMA CONFIRME  LA MORT DE CIVILS, LA FRANCE EMET  DES RESERVES  SUR LA METHODOLOGIE  RETENUE PAR LE RAPPORT

Après 48  jours d’enquêtes menées par 19 agents à Bamako, Mopti, Sévaré, Douentza et Bounti , la Minusma  vient de  publier son rapport sur les frappes de Barkhane effectuées  le 03 janvier dernier dans le secteur de Bounti. Le rapport accable les forces françaises d’avoir  ciblé des  civils et non, des éléments terroristes. « L’équipe n’a constaté sur le lieu de l’incident aucun élément matériel qui aurait pu attester la présence d’armes ou de motos tel qu’établi par le rapport des experts de la police scientifique des Nations Unies », indique le document.

Le 3 janvier dernier, les forces spéciales françaises engagées dans la lutte contre le terrorisme  ont largué une  bombe  sur  un  groupe d’individus  rassemblés sous un arbre dans  le secteur de Bounti.    Si Barkhane indiquait à l’époque avoir   visé  des éléments terroristes, les contrevérités des  parents des victimes conjuguées aux déclarations de plusieurs mouvements ont nécessité l’ouverture d’une enquête. C’est dans ce contexte  que  la MINUSMA, à travers sa Division des droits de l’homme et de la protection (DDHP), a déployé « une mission spéciale d’établissement des faits du 04 janvier au 20 février 2021, avec l’appui de la Force et le soutien de la police scientifique des Nations Unies et de l’information publique en vue de faire la lumière sur les informations et allégations reçues ».

Dans le rapport publié à la suite des investigations, la mission Onusienne  souligne avoir collecté ses informations  en utilisant la  méthodologie du Haut- commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.   Le groupe d’enquêteurs était formé de quinze (15) chargés des droits de l’homme,   deux (2) experts de la police scientifique des Nations Unies et deux (2) chargés de l’information publique. La mission a ainsi procédé à  des séances d’entretiens présentiels individuels avec au moins « 115 personnes et avec au moins 200 personnes lors des réunions groupées et réalisé plus d’une centaine d’entretiens téléphoniques. Elle a également analysé au moins 150 publications, notamment des communiqués et déclarations officiels, des articles de presse, des déclarations et positions d’autres acteurs et des sources ouvertes ainsi que des photographies et vidéos concernant la frappe de Bounti »,peut-on lire dans le document .

De l’avis de  la mission onusienne, elle est en mesure de confirmer  au terme de l’enquête, ‘’ la tenue d’une célébration de mariage qui a rassemblé sur le lieu de la frappe une centaine de civils parmi lesquels se trouvaient cinq personnes armées, membres présumés de la Katiba Serma’’.

Les victimes sont toutes des hommes âgés de 23 à 71 ans, dont la majorité habitait le village de Bounti  selon le  rapport d’enquête.

Et d’ajouter qu’au moins  22 personnes, dont trois des membres présumés de la Katiba Serma présents sur le lieu du rassemblementont été tués par la frappe de la Force Barkhane survenue le 3 janvier 2021 à Bounti. « Le groupe touché par la frappe était très majoritairement composé de civils qui sont des personnes protégées contre les attaques au regard du droit international humanitaire. Cette frappe soulève des préoccupations importantes quant au respect des principes de la conduite des hostilités, notamment le principe de précaution dont l’obligation de faire tout ce qui est pratiquement possible pour vérifier que les cibles sont bien des objectifs militaires » rappelle le rapport . Les enquêteurs    recommandent (…)

Mahamane TOURÉ

NOUVEL HORIZON

Vous allez aimer lire ces articles

IRRUPTION DES DJIHADISTES A YOROSSO ET KOUTIALA : LES ECOLES FERMEES ET LES ENSEIGNANTS EN FUITE DANS LES VILLAGES DE DIONINA ET SANGUELA

Kayes : des écoles fermées dans la commune de Mahina

MINUSMA : Pourquoi il ne faut pas introduire l’armée algérienne !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct