« Deux nouvelles attaques meurtrières se sont produites entre avant-hier lundi et hier mardi matin, dans la région de Mopti, rapporte notamment Mali web. Ces attaques ont eu lieu dans les villages Dogons de Gangafani et de Yoro situés à moins de 200 kilomètres de Koro. Les sources locales font état de 38 personnes tuées ainsi que des enlèvements. »

Que faire ? Comment lutter contre cette violence ? « Aujourd’hui nous sommes confrontés à une situation de guerre non conventionnelle sur notre territoireconstate Mali Tribuneavec des attaques ponctuelles survenant à tout endroit et à tout moment. Lorsque l’État de droit est menacé, son seul recours devient les forces armées et de sécurité. Nous ne devons plus attendre d’être attaqués par l’ennemi, s’exclame Mali Tribune, nous devons plutôt porter le combat chez lui. […] Nos forces de l’ordre doivent être mieux armées et entraînées à ces situations spécifiques. Nous devons définir une politique de sécurité nationale sur laquelle s’articuleront nos propres efforts. Il nous faut reformer nos services de renseignement pour mieux lutter contre les réseaux terroristes criminels. […] Notre arsenal juridique doit être renforcé et les décisions juridiques concernant les actes de terreur doivent être respectées par les politiques. »

Quelles solutions ?

« Que peut et doit faire l’État ? », s’interroge en écho L’EssorL’Essor qui a interrogé plusieurs spécialistes. Pour Baba Dakono, chercheur au bureau régional de l’Institut d’études de sécurité pour l’Afrique de l’Ouest, le Bassin du Lac Tchad et le Sahel, « il est primordial pour l’Etat de prendre en charge les facteurs qui alimentent l’insécurité et d’améliorer la gouvernance au niveau local, en prenant en charge les besoins élémentaires des communautés. »

Pour Bouréma Kansaye, coordinateur scientifique du Laboratoire de droit privé et de sciences criminelles, toujours interrogé par L’Essor, il faut « couper l’approvisionnement des terroristes », notamment en « surveillant les transferts d’argents dans la région de Mopti et en contrôlant les approvisionnements en carburant. »

Autres pistes, soulevées par Ibrahim Maïga, chercheur à l’Institut d’études et de sécurité sur le cycle de violence : « sur le plan militaire, dit-il, le gouvernement doit prendre des mesures urgentes pour désarmer tous les acteurs armés non étatiques en tenant compte du besoin primordial de sécurité des populations. »

Par ailleurs, poursuit-il, « la Minusma doit continuer à apporter son concours à l’État malien dans son œuvre de restauration de son utilité et pas seulement sur le plan sécuritaire. Cela pourrait passer, développe-t-il, par un appui plus important au secteur de la justice, car il y a un problème d’impunité dans cette région. »

« Dégage la France ! »

La Minusma, justement, et l’opération française Barkhane, qui sont montrées du doigt par une partie de la population…

Lundi, rapporte le site d’information Benbéré, des centaines de jeunes ont manifesté à Sévaré, près de Mopti, devant le bureau local de la Minusma, aux cris de À bas la Minusma !, Dégage la France !. En effet, pointe Benbéré, « les populations s’interrogent sur l’utilité de la présence des forces étrangères, après les nombreux massacres de populations civiles. Pour Yaya Touré, ancien membre du Conseil régional, interrogé par le site, “les casques bleus n’arrivent pas à protéger les populations civiles dans le centre, alors que c’est dans leur mandat. La France et l’ONU ne sont pas là pour nous protéger ; elles disposent des moyens pour empêcher ces tueries, mais elles ne le font pas”, ajoute-t-il. »

Une « main noire » ?

Un état d’esprit qui relance les spéculations sur de prétendues visées obscures de la part des puissances étrangères, États et multinationales…

Ainsi pour Le Démocrate, il s’agit là d’« une guerre économique imposée et financée par les puissances d’argent qui ne visent que les ressources minières dont regorge le sous-sol malien. Dans leur ambition périlleuse, elles veulent toujours plus d’horreurs et d’atrocités au Mali. Après le nord, c’est le carnage au pays dogon, dans le centre du pays. […] La main noire veut à présent créer un clivage entre musulmans et chrétiens. Donner une nouvelle dimension à la crise malienne. »

RFI