Gestion de la transition : attention aux tontons flingueurs !

Les 18 petits mois de la transition en cours ne seront pas de tout repos pour le président Bah N’Daw et son équipe. Du moins si l’on croit les propos de certains caciques de la classe politique qui ont décidé de jouer « aux fouettards ». Après avoir été mis à la touche dans la gestion des affaires publiques, ils sont loin de s’avouer vaincus. 

Le M5-RFP est-il mort de sa belle mort ? Ce n’est pas évident malgré les fissures et les cassures qui affecté ce mouvement composé d’acteurs hybrides après la mise en place du gouvernement de transition. Les responsables du mouvement veulent lui donner un second souffle pour tenter d’influer sur la gestion de la transition. En cela, Choguel Kokalla Maïga et ses comparses pensent que malgré la démission du président IBK et de son régime, la mission du M5-RFP n’est pas terminée. Parce qu’ils se disent convaincus que le format et la manière dont les choses se passent ne sont pas très rassurants. Ils ont donc décidé de jouer la sentinelle. De l’autre côté, Housseini Amion Guindo dit Poulo tente de mobiliser autour de lui les blessés, les frustrés et les bras cassés de la classe politique, dans un nouveau regroupement devant peser sur la transition. En attendant, Soumaïla Cissé, depuis sa libération des mains de ses ravisseurs, donne l’impression d’être en campagne électorale avant l’heure. Il multiplie les sorties, les rencontres et occupe presque tout seul les plateaux de télévisions. Dans ce petit jeu, il n’est pas le seul. L’ancien Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga a décidé aussi d’investir le terrain. Ces deux hommes ont, contrairement à beaucoup, décidé d’oublier la gestion de la transition et de préparer les élections à venir. De son côté, l’ancien parti présidentiel, le RPM, se fait très discret. Même s’il tente de rester mobilisé. Ce qui n’est pas évident dans la mesure où les militants ici sont incolores et inodores. Les cassures et les démissions en cascade ne sont pas à exclure dans les jours à venir.

Dans cette dynamique, tous les partis politiques ou presque affichent une gueule de bois après la chute du régime. Ils sont déboussolés et abasourdis par la tournure des événements, chacun cherche ses marques. Si depuis la mise en place du gouvernement de transition la classe politique n’a fait aucun commentaire sur sa composition, il faut attendre la mise en place du Conseil national de Transition (CNT) pour voir les premières réactions. Elle sera critique et même très critique contre les organes de transition. Chaque parti politique va tenter de se donner un peu de contenance en séduisant l’opinion publique par ses prises de position. Ils vont jouer aux trouble-fêtes et même au contre-pouvoir. Bah N’Daw et son équipe auront du pain sur la planche dans la mesure où l’homme politique malien ne peut survivre sans la chose politique. D’aucuns affichent même comme profession ‘’la politique’’. Demander à ceux-là de tenir 18 mois sans approcher la marmite nationale est très osé. Soit ils mangent, soit ils vont jouer aux tontons flingueurs. Ça tirera à boulets rouges, ça peindra presque tout en noir. Il faut même craindre que l’ancien « croque-mort de la politique », Tiébilé Dramé, ne reprenne service dans ce qu’il sait faire de mieux : compter les morts dans les rangs de l’armée et sortir les gros dossiers de la République sur la place publique. Pour ce faire, il va lui falloir un créneau qu’il n’a pas aujourd’hui. Déjà, Choguel Maïga tente de se positionner dans le fauteuil que Tiébilé occupait auprès de Soumaïla Cissé. Il a même appelé récemment à un grand regroupement autour de ce dernier.

En attendant les premiers missiles qui feront comprendre aux jeunes « mutins démocrates » de Kati qu’on ne se débarrasse pas si facilement des hommes politiques maliens, la classe politique cherche la direction du vent.

Dieu veille !

Harber MAIGA

Source: Azalaï Express

Vous allez aimer lire ces articles

Cérémonie d’hommage aux quatre Casques bleus ivoiriens décédés à Tombouctou

Stabilisation du Mali: Jean-Pierre Lacroix au contact des acteurs clés

Macron annonce un “ajustement” des troupes françaises au Sahel

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct