Malijet.co

INSECURITE : La délicate mission de la gendarmerie

Fortement engagés dans la lutte contre le terrorisme et l’insécurité, les gendarmes tombent les armes à la main dans leur mission de préservation de la sécurité. Malgré les pertes dans leurs rangs, les gendarmes restent en première ligne.

 

A Koury, deux gendarmes ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi 20 mai 2019. Dans la région de Mopti, trois gendarmes ont trouvé la mort dans la nuit du 19 au 20 janvier dernier. Auparavant, un gendarme a été tué et d’autres blessés dans une attaque contre un point de contrôle à la ville de Ténenkou. En 2017, deux gendarmes ont été tués dans une attaque à Boulkessi. Le 25 janvier 2015, un gendarme a été tué dans une embuscade tendue près de Tombouctou. Le 7 juin 2018, des individus armés non identifiés circulant sur des motos ont ouvert le feu sur le poste de gendarmerie de Gossi, dans le cercle de Gourma Rharous (Tombouctou). Les faits se sont produits, ce jeudi 7 juin, aux environs de 4 h du matin.

Les dernières attaques qui ont visé la gendarmerie remontent à mercredi dernier à Tonka et le dimanche 2 juin 2019 à Ménaka. Des attaques qui expliquent toute la problématique de la sécurité des personnes et de leurs biens dans le Nord et le Centre du pays mais aussi partout sur le territoire national.

Pourquoi les gendarmes ? Difficile de répondre mais la mission dévolue à la gendarmerie nationale est multiforme. De par sa formation militaire, elle a pour missions de veiller à la sûreté publique, d’assurer le maintien de l’ordre et de veiller à l’exécution des lois, ainsi qu’à la protection des personnes et de leurs biens par l’exercice de la police administrative et de la police judiciaire, conformément aux lois et règlements en vigueur.

En outre d’assurer la police judiciaire militaire ; de participer à la protection et à la garde des institutions de la République ; d’exercer la mission prévôtale au sein de l’armée ; de concourir à la mobilisation ; de participer à la défense opérationnelle du territoire ; de participer à la protection civile ; de participer à l’effort de développement économique, social et culturel du pays ; de participer aux actions en faveur de la paix et de l’assistance humanitaire, par l’envoi de personnels dans les missions de maintien de la paix.

Sur le terrain, en plus de sa parfaite connaissance, la gendarmerie est présente même dans les zones les plus reculés. Les gendarmes sont polyvalents et s’adaptent facilement aux réalités de chaque milieu.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous allez aimer lire ces articles

Pays Dogon: Pourquoi la Minusma est autant décriée !

Village de Doro: Huit (8) terroristes neutralisés par le GATIA

Russie – Afrique : au Mali, des manifestations pour une aide de Moscou

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct