Malijet.co

Koro : Eprouvante semaine d’attaques terroristes

La semaine qui s’achève a été particulièrement difficile pour les populations du cercle de Koro, au Centre du Mali, en raison des multiples attaques terroristes dans la zone attribuées a des hommes armées non identifiés.

Au moment où on notait une accalmie, en ce début d’hivernage, des individus armés non identifiés perturbent la quiétude des populations et créent une psychose générale.
Le cercle a fait l’objet d’attaques tous azimuts. D’abord à Yoro et Gangafani, dans la partie Est du Cercle de Koro, dans la nuit du lundi au mardi, faisant 38 morts et trois blessés. Ensuite du coté Nord du cercle, le village de Bamba a été attaqué, dans la nuit du mardi au mercredi, avec un bilan de 4 morts et des animaux emportés. Ce même mardi, un minibus transportant les agents de l’antenne de l’Association des organisations professionnelles paysannes (AOPP) de Koro, en fin de formation, qui rentrait a été attaqué, entre Sevaré et Bandiagara, faisant 3 morts et 7 personnes enlevées par les assaillants. Pendant que certains font leur deuil, de nombreuses familles sont dans l’inquiétude en attendant les nouvelles de leurs proches enlevés sur la route Koro-Sevaré.
Comme si tout cela ne suffisait pas, le village de Bih, à la frontière avec le Burkina Faso, a été attaqué par des hommes armés non identifiés faisant un blessé. Les populations de Bih (35 km de Koro), face à la menace, ont fuient le village pour se refuguer à Koro. Plus de 200 personnes ont été recensées par les services sociaux. A ce rythme, c’est tous les villages environnants qui vont se retrouver à Koro, déjà débordée par le flux des déplacés.
C’est une scène triste de voir femmes, enfants et vieillards sur des charrettes, laissant tout derrière eux, venir s’installer dans une ville et s’ajouter à d’autres déplacés qui mènent déjà une vie précaire. Les populations sont traquées partout par ces « hommes armés non identifiés », dans les villages, dans les champs, même sur les axes routiers. Partir où rester ? Voilà la question que de nombreuses personnes se posent, aujourd’hui, à Koro.
Le sentiment le plus partagé ici est qu’Il y a urgence d’instaurer le dialogue entre les communautés pour résoudre l’équation de cette violence qui s’abat sur les communautés. Après, l’Etat et ses partenaires pourront facilement identifier les groupes terroristes et les bandits armés pour les combattre plus efficacement.
En attendant, le cercle de Koro s’achemine vers une troisième année consécutive sans travaux champêtres à cause de l’insécurité. En plus du conflit armé, c’est le combat contre la faim auquel la population fera face désormais.

MD

(AMAP)

Vous allez aimer lire ces articles

KAYES : attaque du poste forestier de Dioumara

Sans Tabou: Barkhane en renfort à Gossi, le grand bluff de la France

Diéma : Attaque à Dioumara, des dégâts matériels mais sans perte en vie humaine

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct