La France répond au Mali qui l’accuse de fournir armes et renseignements aux terroristes

La France a répondu au Mali qui l’accuse de soutenir militairement les terroristes. Dans sa réplique, l’Hexagone rappelle que ses soldats sont intervenus au Mali, à la demande des autorités de Bamako et insiste qu’elle n’a jamais soutenu directement ou indirectement le terrorisme de quelle que manière.

La France maintient son rythme dans le bras de fer qui l’oppose au Mali. Telle une réponse du berger à la bergère, Paris a pris le contre pied de Bamako qui l’accuse de fournir d’armes et de renseignements aux groupes terroristes qui opèrent au Mali. « La France n’a évidemment jamais soutenu directement ou indirectement ces groupes terroristes », a répondu l’ambassade française au Mali.

Dans une missive qui frise du déjà vu, la France est restée égale à elle même, rappelant les conditions qui ont suscité l’intervention de ses soldats au Mali. « La France est intervenue au Mali entre 2013 et 2022 à la demande des autorités maliennes ». Durant cette période, « la France a libéré de nombreuses villes maliennes qui étaient tombées entre les mains des terroristes, lesquels imposaient leur règne de terreur, interdiction de l’éducation, meurtres, punitions corporelles , notamment à Tombouctou et à Gao ».

Paris désavoue Bamako

Alors que les autorités maliennes parlent des résultats insatisfaisants pour les 09 ans d’intervention de la France dans le pays sahélien, Paris, en revanche, évoque un bilan élogieux. « En 09 ans, Paris a neutralisé plusieurs centaines de terroristes au Mali et mis hors d’état de nuire deux figures historiques du terrorisme dans la région » : le chef du groupe État Islamique, Adnan Abou Walid al-Sahraoui, et le chef d’al-Qaïda au Maghreb islamique, Abdelmalek Droukdel.

« Dans tous les communiqués des groupes terroristes, appuie l’ambassade, la France était jusqu’à son départ désignée comme leur ennemi numéro un. »  « 53 soldats français […] dont la mission consistait, avant tout, à lutter contre les groupes terroristes », sont morts au Mali, insiste la représentation diplomatique de la France à Bamako, soulignant que: « ces dernières années, la France a été meurtrie sur son propre territoire par plusieurs attentats terroristes ».

Des preuves accablantes

Dans un courrier adressé, mardi, au Conseil de Sécurité de l’ONU par le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, Bamako a déclaré avoir des preuves accablantes qui attestent irréfutablement que la France soutient le terrorisme au Mali, chose contraire à la mission qui lui avait été assignée.

Le courrier souligne en l’occurrence que Paris fournit des armes et de renseignements aux terroristes au Mali. Abdoulaye Diop qui appelle à une réunion urgente du Conseil de Sécurité sur cette situation de son pays, dénonce en parallèle, la violation répétée de l’espace aérien du Mali par la France.

Les nouvelles accusations du Mali à l’encontre de Paris interviennent, alors que les derniers soldats Français, mis sous pression, ont quitté le pays sahélien le lundi 15 août 2022. Ces accusations succèdent aussi aux attaques simultanées pour lesquelles, les Forces Armées Maliennes ont clairement déclaré que les terroristes ont bénéficié d’une forme de complicité extérieure.

 

Source: beninwebtv

Vous allez aimer lire ces articles

Armée de Terre : Le véhicule blindé multirôles léger « Serval » a fait connaissance avec le milieu désertique

Situation sécuritaire : La DIRPA fait le point du mois d’Août

Nouvelle victoire des FAMa : l’armée malienne a détruit une base terroriste

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct