L’armée américaine et l’ONU évoquent la présence du groupe Wagner au Mali

L’armée américaine a confirmé vendredi la présence du groupe paramilitaire russe Wagner au Mali, l’ONU l’évoquant par ailleurs implicitement, alors qu’elle n’a jamais été admise par la junte au pouvoir à Bamako, dont les relations avec les Occidentaux sont de plus en plus tendues.

“Wagner est au Mali”, a déclaré le commandant de l’armée américaine pour l’Afrique (Africom), le général Stephen Townsend, dans une interview à la radio Voice of America enregistrée jeudi. “Ils y sont, nous pensons qu’ils sont plusieurs centaines maintenant.” “Ils sont en train de se déployer, avec le soutien de l’armée russe.

Ce sont des avions de l’armée de l’air russe qui les acheminent”, a-t-il ajouté, liant ainsi directement les mercenaires du groupe Wagner au Kremlin, ce que Moscou dément. “Le monde entier peut voir ce qui se passe”, a poursuivi le général Townsend. “Cela nous inquiète beaucoup.” Lors d’une conférence de presse à New York, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui a eu mercredi un entretien téléphonique avec le chef de la junte au pouvoir, le colonel Assimi Goïta, a aussi confirmé implicitement la présence de Wagner au Mali. “Nous n’avons pas eu jusqu’à présent (de) rencontre avec Wagner” sur le terrain au Mali, a précisé Antonio Guterres, interrogé pour savoir s’il avait discuté de ce sujet avec le dirigeant militaire malien. “C’est une décision souveraine du gouvernement du Mali d’avoir une coopération avec une organisation comme celle-là”, a-t-il ajouté. “La seule chose que nous voulons, c’est que cela ne crée aucune difficulté” avec la mission de l’ONU déployée au Mali, la Minusma, a précisé Antonio Guterres. “Ce que nous voulons, c’est une coopération effective entre la Minusma et l’armée malienne, et nous voulons aussi le respect des droits humains et du droit humanitaire international”, a-t-il dit. En Centrafrique, le groupe Wagner a été accusé à plusieurs reprises d’exactions et de pillages à l’encontre de civils.

Vendredi, des sources onusiennes ont fait part de nouvelles accusations portées à leur encontre dans la mort en début de semaine de plusieurs civils à l’occasion d’une opération menée avec les forces centrafricaines. La mission de l’ONU mène des investigations sur ce dossier, selon les mêmes sources.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a accusé la semaine dernière les mercenaires de Wagner de “soutenir” la junte au pouvoir au Mali sous couvert de lutte anti-jihadiste, et accusé la Russie de “mensonge” concernant le statut de la force Wagner. “Lorsqu’on interroge nos collègues russes sur Wagner, ils déclarent ne pas (en) connaître l’existence”, a raconté le Français. “Quand il s’agit de mercenaires qui sont d’anciens combattants russes, qui ont des armes russes, qui sont transportés par des avions russes, il serait quand même étonnant que les autorités russes ne le sachent pas”, a-t-il estimé, avant de lancer: “Nous vivons dans le mensonge.”

La junte, arrivée au pouvoir en 2020 au Mali après un coup d’Etat, n’entend pas restituer le pouvoir aux civils à court terme. Elle s’est ainsi attiré l’hostilité des pays de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao), qui ont adopté d’importantes sanctions contre Bamako. L’Union européenne pourrait faire de même prochainement, sous l’impulsion de la France qui accuse la junte de recourir aux services de Wagner, ce que Bamako dément. Le gouvernement malien ne reconnaît que la présence “d’instructeurs” russes sur son sol et affirme qu’elle est liée à une coopération bilatérale ancienne avec la Russie.

Source : AFP

Vous allez aimer lire ces articles

Résilience et développement durable au centre du Mali : 32 milliards F CFA pour 5 ans

MALI ET G5-SAHEL Retrait du Mali au regard du droit international

G5-SAHEL Le financement peine à se concrétiser

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct