Le M5-RFP maintient son grand rassemblement de demain : Des actions de « désobéissance civile » prévues pour faire plier IBK

Hier, mercredi 8 juillet 2020, les responsables du Mouvement du 5 juin- Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) étaient face à la presse à Bamako pour informer l’opinion nationale et internationale du maintien « avec ou sans l’autorisation du gouverneur de Bamako » de leur grand rassemblement du vendredi 10 juillet 2020 à 14 heures sur le boulevard de l’indépendance de Bamako. « La sortie du vendredi est maintenue avec des actions de désobéissance civile. Nous avons déjà informé les autorités de notre rassemblement. Nous n’avons pas besoin de l’autorisation pour sortir le vendredi. S’il (le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta -IBK) n’accepte pas notre mémorandum, nous allons sortir », précisent les conférenciers.

Cette conférence de presse était animée par l’imam Mahmoud Dicko, parrain de la CMAS (Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’Imam Mahamoud Dicko), Choguel Kokala Maïga du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD), Issa Kaou Djim de la CMAS, Cheick Oumar Sissoko du Mouvement Espoir Mali Koura (EMK), Me Mohamed Aly Bathily, ancien ministre, Mountaga Tall, ex ministre, en présence de l’ancien Premier ministre, Modibo Sidibé,  Mme Sy Kadiatou Sow de la Plateforme Anw Ko Mali Dron,  Mme Sidibé Dédéou Ousmane de la centrale syndicale CDTM, Hamadoun Amion Guindo de la centrale syndicale CSTM, Pr Clément Dembélé de la PCC et d’autres personnalités. Prenant la parole, Cheick Oumar Sissoko du Mouvement Espoir Mali Koura (EMK) a invité tout le monde à continuer avec la lutte jusqu’à la démission du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) et de son régime. « Nous appelons tout le monde au grand rassemblement du vendredi du 10 juillet 2020», a déclaré Cheick Oumar Sissoko. A sa suite, Choguel Maïga du FSD a précisé que la raison d’être du M5-RFP est d’obtenir pacifiquement la démission du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). C’était l’objectif ultime, a-t-il dit. Selon Choguel Maïga, le plan « B » a fait l’objet d’un mémorandum qui a été rejeté par le président IBK. Il a fait savoir que le président IBK a dit au M5-RFP de rencontrer la majorité présidentielle qui, selon Choguel, ne détient aucune clé de solution. A ses dires, le M5-RFP agit dans le cadre de la loi et veut refonder l’Etat, la démocratie. Quant à Mohamed Aly Bathily, avocat à la cour, le peuple exercera son droit à la désobéissance civile. Pour Me Mountaga Tall du FSD, le pays est mal gouverné d’où la demande de démission du président IBK et de son régime. Mais avec la médiation des uns et des autres dont l’imam Mahmoud Dicko, un Mémorandum a été adressé à IBK. « IBK a ignoré toutes les demandes et mesures contenues dans le Mémorandum du 30 juin 2020, en renvoyant   le   M5-RFP   à   sa  majorité   présidentielle   qui   ne dispose d’aucun pouvoir. En   conséquence,   le   M5-RFP   réaffirme,   plus   que   jamais,   sa détermination   à   obtenir,   par   les   voies   légales   et   légitimes,   la démission pure et simple de Ibrahim Boubacar KEITA et de son régime, sauf application intégrale du Mémorandum. Le   M5-RFP   rappelle   le   Peuple   malien   à   une   plus   forte mobilisation   le   vendredi   10   juillet   2020  avec des actions de désobéissance civile », souligne Me Tall. Issa Kaou Djim de la CMAS abonde dans le même sens. « La sortie du vendredi est maintenue avec des actions de désobéissance civile. Nous avons déjà informé les autorités de notre rassemblement. Nous n’avons pas besoin de l’autorisation pour sortir le vendredi. S’il (IBK) n’accepte pas notre mémorandum, nous allons sortir », a précisé Issa Kaou Djim. Prenant la parole, l’imam Mahmoud Dicko, ancien président du Haut conseil islamique du Mali, dément toute division au sein du M5-RFP. « Dire que Dicko a décroché, n’est pas une réalité », a-t-il dit. Selon lui, le M5-RFP est mis en place pour la restauration du Mali. « Aujourd’hui, c’est le pays qu’il faut restaurer », a-t-il dit. « Avec la médiation des uns et des autres, l’exigence de la démission d’IBK a été abandonnée. A cet effet, un mémorandum a été adressé à IBK. Honnêtement, je crois que cet état de fait devrait soulager mon grand frère (IBK). Je lui ai dit que tout ceci a été fait pour vous et qu’est-ce que vous donnez en retour. Je lui ai dit : aide-moi à t’aider. Il m’a dit qu’il va s’adresser à la nation ce soir (mercredi 08 juillet). S’il dit quelque chose de convainquant, on verra ce qu’il ya lieu de faire. Je lui ai dit qu’il y a eu beaucoup de discours, il faut des actes pour la stabilité du Mali. Nous n’avons aucune intention de déstabiliser ce pays », a souligné l’imam Dicko. Par ailleurs, il a souhaité la libération de l’honorable Soumaïla Cissé enlevé le 25 mars dernier. Répondant aux questions des journalistes, les conférenciers ont précisé que la manifestation du vendredi 10 juillet reste maintenue.

A signaler que dans un Mémorandum adressé à IBK, le M5-RFP exige la dissolution immédiate de l’Assemblée nationale, la mise en place d’un organe législatif de transition, le renouvellement intégral des membres de la Cour constitutionnelle, le Premier ministre est désigné par le M5-RFP, le détachement des services exécutifs de l’Etat de la présidence de la République etc.

Aguibou Sogodogo

Source: Le Républicain-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Au Mali, le mouvement de contestation refuse de rencontrer le président Ibrahim Boubacar Keïta

SORTIE DE CRISE | Le Premier ministre, Dr Boubou Cissé rencontre les organisations de la société civile

Crise politique au Mali: bilan de la visite du médiateur nigérian Goodluck Jonathan

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct