Malijet.co

Le Mali reconnaît les pourparlers djihadistes alors que l’armée retourne dans le nord

Bamako (AFP) – Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a reconnu pour la première fois des contacts avec des insurgés djihadistes, une option que le gouvernement a longtemps rejetée alors même que le conflit s’intensifiait dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

La divulgation intervient alors que le gouvernement malien a déclaré qu’il avait envoyé des troupes dans la ville clé de Kidal, qui est devenue un symbole de son manque de contrôle sur le nord du pays assiégé.

“Le nombre de morts au Sahel devient exponentiel et il est temps que certaines voies soient explorées”, a déclaré Keita dans une interview aux médias français diffusée lundi, faisant référence à un dialogue avec des militants.

Le Mali a du mal à contenir une révolte djihadiste qui a éclaté dans le nord du pays en 2012 et qui a tué des milliers de militaires et de civils.

Malgré la présence de troupes étrangères, le conflit s’est également étendu depuis au centre du Mali, ainsi qu’au Burkina Faso et au Niger voisins, exacerbant les tensions ethniques en cours de route.

Mais malgré la montée de la violence, le dialogue avec les dirigeants djihadistes tels qu’Amadou Koufa et Iyad Ag Ghali a longtemps été considéré comme hors de portée pour le gouvernement de Bamako.

Cela avait déjà été suggéré. L’International Crisis Group a exhorté le gouvernement en mai dernier à ouvrir un dialogue avec les djihadistes.

Et plus tôt, en 2017, une conférence nationale réunissant le parti de Keita et les partis d’opposition a appelé à des pourparlers directs avec les djihadistes pour sortir de la crise.

Mais le gouvernement n’a pas donné suite à ces recommandations à l’époque.

Dans l’interview, Keita semble avoir changé de cap sur les refus antérieurs d’engager des djihadistes.

“Nous sommes prêts à jeter des ponts pour le dialogue avec tout le monde … à un moment donné, nous devons nous asseoir autour d’une table et parler”, a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’il avait envoyé l’ancien président Dioncounda Traoré “en mission” pour trouver des personnes “susceptibles d’être sensibles à un discours de raison”.

Traoré est le représentant du gouvernement dans le centre du Mali, une région qui est devenue l’épicentre des attaques djihadistes.

Source : Yahoo

Vous allez aimer lire ces articles

Sans Tabou: FAMa; l’offensive qui rassure

La Mission de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel (MISAHEL) apporte son soutien au ministère chargé de l’organisation

Incursions armées dans la commune de Ouenkoro, non loin de la frontière du Burkina Faso: Douze civils tués, plusieurs blessés

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct