Au Nord comme au Centre du Mali, les forces maliennes et étrangères sont la cible d’attaques terroristes. Les casques bleus ne font pas exception à la règle. Pour Antonio Gutures, secrétaire générale de l’Onu, ” la Minusma ne peut pas tout faire au Mali “. Selon lui, “le modèle du G5 Sahel est à suivre pour tous les Etats africains qui veulent prendre leur sécurité en main”. Il a expliqué que des ” opérations de maintien et d’imposition de la paix et de la lutte contre le terrorisme. Là, on n’a pas besoin de casques bleus. On a besoin de forces, notamment de forces africaines et il faut que cette force africaine ait un mandat clair du conseil de sécurité, désirablement sous le chapitre 7 et des fonds garantis pour leur action. Nous avions dit dès le commencement qu’il faut une force G5 un mandat plus fort et un financement plus garanti. Le conseil de sécurité devait appuyer ces propositions, mais le conseil de sécurité n’est pas allé très loin. Mais, nous espérons que ça puisse aller dans cette direction” .

En une semaine, plus d’une cinquante de morts, dont 26 civils ont été enregistrées dans le pays suite à des attaques. Face à la situation, le gouvernement a décrété un deuil national de 3 jours sur toute l’étendue du territoire à compter de d’hier lundi 29 janvier. C’est la deuxième fois à moins de deux semaines que cette mesure est instaurée dans le pays.

Rassemblés par Malick Diallo avec Studio Tamani