Malijet.co

Les troupes françaises au Mali enlisées dans la boue et la méfiance

Les soldats français à la recherche de djihadistes dans la savane du centre du Mali étaient préparés à la tempête de sable, aux orages, au manque de tout ce qui ressemblait à une route et à la nécessité de remorquer des véhicules qui restaient coincés dans les plaines inondables.

Ils savaient qu’il serait difficile d’obtenir des informations de la part de villageois terrifiés.

Alors que l’opération dure plusieurs semaines dans le district du Gourma, où 400 soldats français et 100 Maliens alliés ont recherché une cinquantaine de djihadistes dont on estime qu’ils se cachent dans l’ombre, les obstacles se sont multipliés.

Premièrement, il y a eu des tempêtes qui les ont forcés à abandonner les repas, à emballer des moustiquaires et à dormir dans des véhicules inconfortables. Puis à 3 heures du matin pour une mission qui n’a pas démarré car les hélicoptères ont échoué à la base.

Ensuite, les crues éclair ont transformé le sol sableux en boue et éclaté dans des oueds, de sorte que seuls les véhicules de combat sur chenilles récemment déployés puissent traverser.

Quand ils ont atteint les villages de chaume et de bois où des djihadistes présumés se cachaient, des hommes gardaient des vaches, des femmes pilaient du mil, tout le monde souriait. Et personne n’a rien dit.

“Nous n’allons pas résoudre ce problème en un jour”, a déclaré David, commandant de la base avancée française près de Gossi. Les règles militaires françaises ne permettent la publication que de son prénom. “Cela va prendre du temps.”

Les efforts menés par la France pour empêcher une région située aux portes de l’Europe de devenir une rampe de lancement pour des attaques à la maison sont de plus en plus pris au piège d’un jeu de chat et souris sans fin avec des djihadistes bien armés, qui connaissent le terrain et se cachent facilement parmi les civils.

Lors d’un rare reportage avec les troupes françaises dans le centre du Mali, les journalistes de Reuters ont compris pourquoi une mission de cinq ans – initialement conçue comme une solution à court terme avant de passer le relais aux forces locales – risque de prendre encore plusieurs années.

Les 4 500 soldats français déployés dans cette mosaïque d’anciennes colonies françaises dans le cadre de «l’opération Barkhane» sont confrontés à des problèmes logistiques sur un terrain hostile. Le plus dur de tous, ils comptent sur la coopération d’une population civile éparpillée dans des espaces vastes et reculés, sympathiques aux islamistes ou terrifiés d’informer à leur sujet.

À Gossi, un paradis pour les combattants de l’État islamique près des frontières avec le Burkina Faso et le Niger, le conseiller du gouvernement local de la ville s’est enfui après avoir été menacé et dormait maintenant dans la base malienne, a annoncé le commandant de la base française.

L’opération Barkhane a été lancée à la suite de l’opération Serval, une offensive française qui a repoussé les rebelles touaregs et les islamistes alliés dans le vaste désert du nord du Mali en 2013.

Tandis que Serval apportait une stabilité modérée au nord du Mali, les troubles se propagèrent dans le centre plus peuplé du pays, les attaques atteignant les pays voisins, le Burkina Faso, le Niger et même la Côte d’Ivoire.

En l’absence de date de fin annoncée lors de son lancement, l’opération de suivi viserait à stabiliser les pays de la région en aidant les gouvernements à constituer une force antiterroriste ouest-africaine. Cinq ans plus tard, aucune fin n’est en vue.

“Nous avons un adversaire acharné, qui est dur, puisant dans un terreau favorable pour lui parce que la population est isolée”, a déclaré le colonel Nicolas James, commandant du Desert Tactical Croup Belleface, à Reuters à Gao.

Le premier jour de la mission, par 40 degrés Celsius, des soldats français sont arrivés dans un hameau au nord de Ndaki, à proximité d’un petit bois où des soupçons avaient été vus auparavant.

Ils ont séparé les femmes et les enfants à l’extérieur d’un dôme en chaume où les chameaux étaient en train de mâcher. Ils ont fouillé les hommes, ont pris des smartphones et les ont copiés sur un ordinateur. L’un d’eux contenait de la propagande djihadiste incriminante.

«Les gens vont venir la tuer»

“Est-ce votre téléphone?”, Demanda un soldat. Le suspect acquiesça. Ils ont pris ses empreintes digitales, mais l’ont laissé partir avec des preuves indirectes.

«Je suis sûr que c’est un djihadiste», murmura plus tard un soldat français qui le surveillait. “Il se moque de nous.”

Un vieil homme vêtu d’une robe fluide en peul apporte du lait frais en guise d’hospitalité. Seulement deux ont essayé, avant de déménager dans le village voisin.

Il a beaucoup plu cette nuit-là. Le lendemain après-midi, une équipe logistique a remorqué des véhicules dans la boue. Lorsque les troupes sont revenues neuf heures plus tard, elles n’avaient parcouru que 5 km.

À un moment donné, ils ont entendu parler d’un groupe armé qui se dirigeait vers eux. Des avions de guerre ont été appelés pour effrayer les combattants. Une unité voulait vérifier une forêt où les armes étaient abandonnées, mais les troupes remorquaient toujours des véhicules.

Le lendemain matin, une mission franco-malienne s’est rendue dans un village fulani situé à proximité d’une forêt, où ils ont aperçu des hommes en fuite. Le chef du village a nié avoir vu des hommes armés.

“Ils veulent nous parler mais ont peur”, a déclaré à Reuters, le capitaine Balassine, de l’unité de la police militaire malienne.

«L’autre jour, nous avons parlé à une jeune fille. Elle a d’abord menti. Puis elle a dit qu’elle avait peur de parler, car après notre départ, des gens vont venir la tuer.

Reuters

Vous allez aimer lire ces articles

Présence militaire russe au Mali : Pourquoi c’est impossible sur le plan de la géopolitique

Mopti : 50 terroristes tués, 30 autres blessés dans une opération des Fama au centre

Dialogue national inclusif : IBK rassuré par les acteurs politiques

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct