Mali : 49% des maliens n’ont pas confiance en G5 Sahel pour lutter contre le terrorisme, la criminalité transnationale organisée et les trafics des êtres humains

La 11ème édition de l’enquête d’opinion politique de la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES) a fait l’objet d’une présentation aux acteurs sociopolitiques du Mali le jeudi, 12 mars 2020 au Radisson Blu. Les opinions des Malien(nes) ont été révélées sur les forces internationales

A cet effet, les opinions des enquêté (e)s sont partagées sur la confiance en le G5 Sahel pour lutter contre le terrorisme, la criminalité transnationale organisée et les trafics des êtres humains. En effet, 48% des citoyen (ne)s pensent que le G5 Sahel en est capable et 49% pensent le contraire,

Par localité, les populations qui font confiance au G5 Sahel sont majoritaires à Ménaka (87,2%), Gao (67,8%), Taoudénit (53,1%), Kayes (53%) et Ségou (48,5%). Celles qui ne lui font pas confiance sont plus nombreuses à Kidal (70,3%), Mopti (54,9%), Tombouctou (52,8%), Sikasso (50,9%), Koulikoro (49,5%) et Bamako (48,2%). Il est à noter que les sans opinion sont particulièrement nombreux à Ménaka (10,3%), Sikasso (4,6%) et Bamako (4,4%).

Selon le genre, les femmes (45,6%) font plus confiance au G5 Sahel que les hommes (50,6%) pour lutter contre le terrorisme, la criminalité transnationale organisée et les trafics des êtres humains

Source : Friedrich Ebert Stiftung-Mali.

Vous allez aimer lire ces articles

Edito : la République des colonels !

Lutte antiterroriste au Sahel : Le G5 Sahel insiste sur l’importance de la force Barkhane

Le président Bah N’Daw interdit les opérations militaires françaises au Mali sans la coordination avec les FAMS: le chef d’État major des armées françaises, général Lecointre arrivera incessamment à Bamako pour négocier

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct