Malijet.co

Mali: La violence met en péril une industrie touristique florissante. Le gouvernement veut maintenant attirer les touristes chinois

Une douzaine de touristes chinois, munis de leurs appareils photo, prennent en photo le paysage, debout sur des falaises qui dominent des plaines poussiéreuses à plus de 500 mètres de profondeur. Le ciel est dégagé: au loin, des centaines de villages des plaines du pays Dogon s’étendent jusqu’à l’horizon.

Derrière eux, à peine visibles, une poignée de soldats maliens attendent avec leurs fusils d’assaut à portée de main. Leurs tenues vert militaire et leurs gilets pare-balles se fondent dans les falaises marron clair.

Les touristes chinois prennent des photos et posent avec les villageois qui les ont accueillis plus tôt avec quelques chansons, une activité organisée par le ministère du Tourisme du Mali, qui dit vouloir montrer aux visiteurs «la vraie Afrique». Puis ils rentrent dans leur convoi de véhicules entourés d’hommes armés dépêchés par le gouvernement pour assurer leur protection.

Quatre jours seulement avant leur arrivée, à une heure de route au sud de Bankass, des hommes armés ont égorgé le chef d’un village voisin avant d’emporter son corps sur une moto.

Les falaises de Bandiagara, au centre du Mali, sont l’une des attractions touristiques les plus renommées de l’Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, ils sont au cœur de la nouvelle ligne de front du conflit qui dure depuis sept ans au Mali. Au cours des six derniers mois seulement, plus de 500 personnes sont mortes des suites de la violence dans le centre du Mali, où la montée des groupes djihadistes et des milices ethniques s’est transformée en une violence meurtrière entre les éleveurs peuls et les agriculteurs Dogon et Bambara.

En mars, 160 civils peuls, dont des enfants, des femmes enceintes et des personnes âgées, ont été tués chez eux, dans le village d’Ogossagou, par des présumés miliciens dogons. Le 10 juin, au moins 35 civils Dogons ont été brûlés vifs dans leur village par des présumés miliciens peuls, à quelques kilomètres seulement des falaises.

Ce voyage fait partie de la dernière stratégie du gouvernement visant à relancer une industrie du tourisme autrefois florissante. Il y a dix ans, les touristes sont venus du monde entier pour admirer les paysages et les monuments du Mali, qui comprennent quatre sites du patrimoine mondial de l’UNESCO

Cette industrie a pratiquement disparu après la flambée de violence en 2012 et des pays comme la France, les États-Unis et le Royaume-Uni ont mis en garde leurs citoyens d’éviter de passer des vacances au Mali. Le pays, qui compte plus de 18 millions d’habitants, espère accéder au plus grand marché touristique du monde: la Chine. Les visiteurs, ici à Bandiagara, sont des voyagistes et des journalistes, en ville pour évaluer la possibilité d’offrir des forfaits de voyage à leurs clients, chez eux. La destination était difficile à vendre. Cela devient rapidement impossible.

Les problèmes dans l’industrie touristique malienne ont commencé dès 2009, avec une série d’enlèvements très médiatisés de touristes et de travailleurs humanitaires occidentaux, attribués aux rebelles touaregs et à des groupes extrémistes islamistes. Au début de 2012, le pays a fini par sombrer. La rébellion a rapidement été détournée par des groupes djihadistes qui sont actifs dans près de la moitié du pays.

Selon les statistiques du World Travel and Tourism Council, 40 000 emplois dans le tourisme ont disparu entre 2010 et 2013. «À la fin de 2012, nous nous sommes retrouvés avec des entreprises touristiques fortement endettées. Certains d’entre ellles ne pouvaient même pas payer de cotisations sociales, des factures d’eau ou d’électricité », a déclaré à TIME, dans la capitale Bamako, Sidy Keita, directeur de l’Agence malienne pour la promotion du tourisme.

Source: intellivoire.net

Vous allez aimer lire ces articles

Fédération des artistes du Mali (FEDAMA) : Le nouveau bureau présenté au ministre de la Culture

Terrorisme : Un officier déserteur sur la liste noire des USA

LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU MALI

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct